Aujourd’hui encore, comme il le fait depuis des années,  le journal Libération fait ses gros titres sur l’égalité homme/femme.

Ce jour, il fait en plus un gros coup de markétinge puisqu’il vend son journal plus cher aux hommes !

Peu importe la législation en la matière, peu importe que ce ne soit certainement pas autorisé par la loi, on a bien compris l’esprit : le tout c’est qu’on en parle !

Il faut dire que Libération s’est fait une spécialité de la lutte antisexiste.

Dans ses titres.

Mais pas dans son contenu…

Alors tout à l’heure, quand j’ai reçu un mail du Laboratoire de l’Egalité qui m’enjoint à acheter Libération au prétexte que cette différence de prix de vente leur sera reversée, j’ai pris le temps de leur expliquer que, non, vraiment non, je ne comptais pas acheter Libération ce jour :

Bonjour,
Je me permets de vous inviter à tourner les pages du journal Libération et à parcourir sa rubrique sport comme le fais depuis tant d’années.
Vous pourrez y constater que la part d’actualité du sport masculin s’étale sur 90 % de sa surface.
Et qu’il en est ainsi depuis des années…
J’ai alerté à maintes reprise le journal Libération de ce sexisme manifeste qui me paraissait d’autant plus incompréhensible que les ventes du journal Libération - qui s’est fait un chantre de l’égalité homme/femme - ne dépendent en rien du contenu de ses pages “sport”.
Personne n’achète Libération pour le contenu de ses pages sport.
Il n’y avait donc aucun enjeu commercial à ce que cette égalité étalée en première page transpire jusqu’à l’actualité sportive…
Rien n’y a fait.
Alerte après alerte, j’ai acquis la conviction que l’égalité homme/femme n’était qu’une posture, un argument de vente qui enjolive les titres de Libération mais qui manifestement ne mérite pas qu’on s’y conforme dans l’information sportive qui comme chacun sait, est avant tout une affaire d’hommes…
Bref, j’ai mis fin à mon abonnement et je n’entends pas l’acheter tant que le contenu de ce journal ne reflètera pas ce qu’il prône dans ses titres.
Je vous souhaite bonne réception de la présente,
Je vous prie de croire à l’expression de ma considération distinguée.

Je sais, ce n’est pas le seul à faire de même. A dire vrai, je sais que tous les quotidiens nationaux offre la même visibilité au sport féminin et aux sportives en général : la portion congrue.

Mais il me semble quand on fait ses gros titres de l’égalité à longueur d’année on devrait s’appliquer ces principes à soi même et ne pas tenir pas le sport féminin pour inférieur à celui pratiqué par les hommes.

Et surtout n’hésitez pas à aller vérifier par vous même : aujourd’hui la première news relative à une femme est en 22ème position !