Je n’aime pas spécialement les films. Enfin, je ne les aime pas comme tout le monde : je ne les regarde que pour m’endormir. Donc j’aime les films d’amour car grâce à eux (et en dépit de propositions aussi généreuses que systématiques d’un certain corps médical à certains moments douloureux de ma vie) je n’ai jamais consommé la moindre substance pour trouver le sommeil. Ces derniers jours, je regardais de nouveau “A armes égales” quand, dans mon cortex quasiment anesthésié après une heure de vidéo, une réplique a fait mouche. Il s’agit de la seule scène de bar du film (celle qui s’enchaîne après le mémorable “suce-moi la bite” lancé par Demi Moore) où les rescapés portent un toast qui débute par ces mots raffinés : “les mecs, on s’est beaucoup fait chier, alors à la vie…”

Voilà, c’est exactement cela ! : “on s’est beaucoup fait chier !” alors maintenant on se sent vraiment mieux.
Cela n’a l’air de rien mais cela a fait tilt dans mon crâne : Voilà donc pourquoi j’ai mis autant d’obstination à me faire chier durant si longtemps : parce que pour la première fois de ma vie, sans avoir l’impression de subir le coup du sort ni de ressentir la moindre trace de dépit, je suis foutrement heureuse d’être seule ! Cela n’a l’air de rien mais se réveiller heureuse tous les matins, c’est une sensation que je n’avais plus connue depuis des années…