Overdose d’odeurs rances et de costumes moisis.
J’ai l’impression d’avoir vécu dans le 4ème âge trop longtemps, interminable confrontation au conformisme étriqué d’une personnalité rabougrie qui craint d’être écrasée par la simple présence de coloris incisifs.

Bien se garder de se faire remarquer.
Bien se garder d’exister…

Gris, terne et blafard sont le tiercé gagnant des tons trop fréquentés ces dernières années.
Sans y avoir jamais cédé, j’ai brusquement envies de couleurs meurtrières.

Envie d’écarlate et de sang.
Envie d’être cruelle pour oublier combien j’ai été trop patiente.
Envie de démesure, de baïonnette et de férocité.

Mais aussi de couleurs, de rire, de vie et de sexe.
Toutes ces choses dont il est si difficile de crier qu’elles vous manquent et dont on remet toujours au lendemain le difficile constat de leur insupportable absence.

Alors, ce jour, je me suis achetée des chaussures…rouge-sang.jpg