Il faut vraiment que je change la couleur des rideaux.
C'est urgent.
Et puis revenir céans.
Ne plus craindre d'écrire.
Faire comme si l'on ne me lisait plus. Ce qui n'est pas loin de la vérité et c'est tant mieux.
Ne plus faire semblant de ne pas regretter le passé.
Quand je savais que j'étais heureuse.
Cette certitude là valait un sacré pesant d'or.
Je ne suis pourtant pas à plaindre, je le sais bien.
Les enfants grandissent plutôt bien et Azerty barbouille de couleurs nos vies.
Je ne pleure pas non plus en allant travailler le matin.
Pour le reste... bah on va s'attacher à changer la couleur des rideaux.
Ce sera déjà chouette !