Je n'imaginais pas qu'en France au 21ème siècle une femme se prétendant journaliste et chroniqueuse puisse écrire de tels immondices... Il est assez rare de pouvoir admirer dans un même torchon autant de clichés que de fiel si intimement mêlés - et n'attendez pas de moi que je vous explique pourquoi : de toute la taille de mon 38, il me semble inconcevable qu'au 21ème siècle l'on doive en décrire les relents par le menu pour en saisir le remugle...

Qu'une femme souffrant manifestement de sa propre image (et à mon sens de façon pathologique compte tenu de la pestilence des propos) ne supporte pas (cela la révulse...) que sa séduction soit mise en concurrence avec celles qu'elles considère comme inconditionnellement plus laides qu'elles (admirons le "dès qu'un homme a le choix il préfère être vu en compagnie d'une femme mince") n'est révélateur que de sa propre solitude (aurait-elle vraiment le même discours si elle se sentait profondément aimée pour elle-même plutôt que pour l'image qu'elle s'est forgée ? je ne le pense pas) .

Qu'en revanche un site comme le Nouvel Obs publie de tels propos —édités par une Gaëlle-Marie Zimmerman— dans le dessein manifeste de créer un "buzz" (notons l'accroche empreinte d'une rare provocation : "selon notre contributrice Marie Sigaud, si certaines femmes dépassent la taille 44, c'est simplement parce qu'elles s'alimentent trop. Et voir des grosses bouger sur un écran, elle ne le supporte pas." ) ne laisse de me faire réfléchir sur ce qu'est devenu ce journal dont il faut quand même se rappeler qu'il fût fondé par d'anciens résistants...

Madame Sigaud, je vous félicite, c'est avec un art consommé que vous avez étalé l'étendue de votre noirceur et de vos frustrations, avec même un tel brio que je parie (sans parvenir pourtant à être aussi haineuse que vous même) que ce n'est pas tout à fait demain que l'on vous confiera les nouvelles collaborations que vous appeliez de vos vœux...

Mais dans cette revendication de la bêtise que vous avez si piètrement signée, il ne faudrait pas non plus oublier celui qui s'est pourléché les babines en vous tendant le micro... Je ne pensais pas que le nouvel Obs se vautrait désormais dans la merde... Je me trompais.