Je l'ai cajolé, flagorné pour tenter de la conserver mais cette ingrate troisième colonne ne voulait rien savoir : fourbe, c'est par le bas qu'elle se carapatait ! J'ai fini par la coincer pour la plaquer contre le mur ! Le corps à corps à été si long que je n'ai pas encore fini de repeindre tous les murs (la déco des billets pris isolément est à peine ébauchée). C'est par ici que cela se passe (avant la migration définitive céans) et vos commentaires —et critiques— sont les bienvenus !