"Adieu veau, vache, cochon, couvée, finis les beaux rêves" j'ai troqué un marathon contre des béquilles au prétexte —inouï— d'une méchante fissure au niveau du Lisfranc, le tout avec contusion et épanchement articulaire local. Je fuis le métro où s'étalent les affiches de l'épreuve et si je fais la maligne sur mon vieux biclou, j'ai le moral en berne sans pouvoir fuir mon cafard avec de longues cavalcades... Six semaines d'arrêt com-plet ("complet-complet, hein ?" m'a répété mon médecin, l'œil goguenard cherchant mon regard... "vous risquez de ne plus pouvoir courir du tout..." a-t-il ajouté pour me convaincre de l'impérieuse nécessité de calmer mes ardeurs)

Dimanche je resterai donc chez moi... dans ma banlieusarde commune où se tient... la grande course populaire municipale annuelle ! Celle où l'année dernière j'avais reçu une jolie breloque sous les yeux émerveillés de ma Tarquinette, celle où j'avais fait tombé la barre des 12 km/h. Mégaphone et cotillons jusque sous mes fenêtres, je ronge mon frein moitié riant, moitié pleurant...

Et puis, il m'est venu une idée lumineuse : cela fait 6 ans que le bricablog n'a pas quitté ses penailles...Six ans où les versions de dotclear 1 se sont succédées mais sans que je ne parvienne à envisager le grand plongeon vers dotclear 2 au bête prétexte de ne pas changer les rideaux. Ceux-là qui tantôt clos, tantôt ouverts m'ont permis de conserver la lumière d'un monde qui me semblait perdu.
Je crois qu'il est tout simplement temps pour le bricablog de huiler sa mécanique et puis de secouer un peu ses oripeaux... +pousseté, le rose de son teint a, sans doute tout à gagner... Et pour être tout à fait honnête je sens que ma vie a désormais trop changé pour ne pas vouloir marquer la rupture avec des années qui ne tenaient du rose que par la magie d'un code #fff4ff...

Non, il n'y a aura pas de marathon dimanche. Mais j'ai dans l'idée que faire passer mes archives par le chas d'une aiguille risque de me valoir d'aussi valeureux efforts !