Compte tenu des commentaires précédents, je tiens absolument à préciser la définition de la lèche du commentaire. En effet, n'est pas lèche du commentaire qui veut ! D'abord il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un parasite. La lèche du commentaire entend donc, et avant toute chose, tirer un bénéfice de son intervention (le plus souvent à l'aide d'un lien vers une page mais tous les cas de figure sont possibles). Par ailleurs le signe caractéristique de la lèche du commentaire est de commenter avec peu de discernement ! Le cas le plus flagrant étant le "Waouh c'est super ce que tu écris, je suis contente pour toi "  sous un billet à faire chialer Landru. J'en ai abrité quelques très beaux spécimens sur ces pages mais je dois faire l'aveu que je les ai méthodiquement (avec un soupçon de sadisme) grillés au lance-flammes... Bref, et malgré ma jolie forme de dragonne retrouvée que les gentils commentateurs qui me font l'heur d'un joli mot n'aient crainte : il semble bien que j'ai laissé — au moins pour un temps — l'usage de ma lance incendiaire !

Et j'en profite pour vous faire part, toujours dans le microcosme de la course à pied, de ma découverte d'un nouvel animal numérique : le remonteur de temps ! Je vous explique, en course à pied le principe c'est que le chrono se déclenche sur la ligne de départ et s'arrête sur la ligne d'arrivée. Habituellement nous suivons donc un cheminement chronologique cohérent à savoir que le temps s'écoule au fur et au mesure des mètres parcourus. Et bien sur internet on trouve des animaux bizarres dont les temps finaux sont inférieurs à ceux qu'ils avaient 200 mètre avant ! Oui! Vous avez bien lu : ils remontent le temps ! Exploit qu'ils ne réalisent d'ailleurs qu'à la faveur d'un lectorat néophyte. C'est beau la technologie hein ?  Je ne sais pas si c'est beaucoup plus glorieux que ceux qui se goinfrent de Ventoline mais c'est moins dangereux pour la santé... Longue vie à eux donc (ce qui semble aller de soi quand on connaît leur surnaturel pouvoir).