L'honnêteté m'oblige à vous le dire, je déverse — du moins s'agissant de mes cavalcades — mes circonlocutions sur d'autres terres...
Les gens qui me font le plaisir de passer par ces pages n'étant pas forcément friands de connaître le régime des inscriptions en ligne des courses à pied, ou des afféteries du logiciel SportTracks, cela ne m'a pas sembler constituer la moindre infidélité à ces carnets auxquels je suis tout particulièrement attachée.

En revanche, il est un billet, un billet qui à mon sens aurait pu aussi être écrit autant par la plume de Tarquine que de celle d'Aurélie. C'est donc sans vergogne et sous cette excuse absolutoire que je m'en vais m'autociter :

Qu’on se le dise, les toilettes, et davantage encore les toilettes-dames sont à l’organisation des courses pédestres ce que la numérotation est au Code civil, la pâte à choux à une pièce montée et la rime au poète : sans elles l’œuvre est gâchée !

Eu égard au peu de considération qui semble animer nos gentils organisateurs à prévoir des lieux d’aisance en nombre suffisant, il m’apparaît tout à fait indispensable de rappeler à ceux-là, les constantes physiologiques supportées par le genre humain :

* Contrairement à une idée communément reçue de nos édiles municipaux et d’une majorité d’argentiers chargés des questions d’hygiène, les Français — et a fortiori les Françaises — ont des besoins naturels ! Oui, oui, vous lisez bien ! En dépit de ce que pourrait faire accroire l’absence de toilettes dans nombre de lieux publics (mais non chez nos voisins européens ou d’outre-atlantique) les citoyens Français ont une diurèse totale quotidienne moyenne de 0,8 à 1,5 litres ainsi que des selles dont le poids moyen est de 150 g. qu’ils évacuent en se rendant 3 à 5 fois aux toilettes par jour.


(...)

L’indice “toilettes-dames”, l’éloquent révélateur de l’organisation des courses pédestres…