Au premier jour de l'an, il gelait à pierre fendre mais la lumière était belle. D'une main j'ai happé mon canon et me suis emparée d'un pull de l'autre. Transie de froid, j'ai frissonné en me faufilant entre les quelques flocons égarés qui voletaient et les ruines d'une armée qui s'est tirée comme on déserte. Le silence était si profond que je savais que ce jour il n'y aurait point de gamins à faire le guet devant les bunkers tandis que les copains s'y fument une tige. Un peu plus loin, après le quartier des officiers et leurs petites maisons désormais aussi pouilleuses qu'insalubres, après le champs de tir et ses tôles éventrées, il y avait une longue friche bordée de noisetiers. Un raffut de cavalcade éperdue s'en est brusquement échappé : tout au bout, à travers les ramées, deux popotins rehaussés d'un pompon blanc bondissaient dans l'air sec. Je n'ai eu que le temps d'un cliché. Un cliché au jugé, un déclic qu'on joue au sort de la lumière et de la longueur de sa focale.

Une biche s'enfuyant

Que l'année se poursuive donc ainsi...
Qui que vous soyez, lecteur de passage, âme perdue pour la nuit ou ami de cœur je vous souhaite une bonne année 2010.