"A la lumière de cette affaire, qui soulève à juste titre un déluge de critiques, on se demande comment le chef de l'Etat et ses conseillers ont pu laisser naître pareille situation. Sommes-nous revenus en France dans une pratique de Cour si perverse que nul n'oserait dire au monarque qu'il se fourvoie ? Une insidieuse terreur se serait-elle installée, au point que de serviles édiles précèdent les desiderata du roi ?" — Brouillage, par Eric Fottorino



c) Sens commun

α) Manière de juger, d'agir commune à tous les hommes raisonnables. Synon. raison. Mon pauvre fils, tu n'avais pas déjà beaucoup de sens commun, je suis désolé de te voir tombé dans un milieu qui va achever de te détraquer (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 573). Le sens commun, en matière de langage, dispose d'un instinct qui ne le trompe guère; (...) il perçoit exactement, bien avant grammairiens et linguistes, les plus menues variations d'un sens (Paulhan, Fleurs Tarbes, 1941, p. 78).
♦ Rappeler qqn au sens commun. Rappeler quelqu'un à la raison. Que n'était-il à Pampelune pour rappeler son père Ignace au sens commun, à la théologie des « honnêtes gens +; pour lui démontrer que la place d'un brillant officier n'est pas dans la grotte de Manrèse? (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 314).—
CNRTL