Pieds enrubannés



quelques pas plus tard...
(photographie de mon amoureux)




Deux ans et demi à glisser des semelles au fond de mes runnings, cela me fait la plus belle collection d'ampoules dont on puisse rêver... Des petites cruelles, des grosses lancinantes, et même des sournoises qui s'insinuent jusque sous leurs consœurs déjà cuisantes. Mais attention ! Elles sont pudiques ces cloquinettes et jamais elles ne dévoileront à l'entraînement... non elles attendent le jour J pour fleurir brusquement comme ces coquettes qui ont besoin d'un public pour s'épanouir...

Je me souviens d'un retour de course où Tarquinette n'en revenait pas de me voir rentrer chez nous en chaussettes sous la pluie, ma paire de chaussures à la main.

La plus belle performance que j'ai réalisée dans ce marathon, c'est de le terminer en ne présentant qu'une petite ampoule sous chacune de mes plantes de pied. Haut fait qui m'a demandé une préparation quasiment aussi minutieuse que celle qui m'a dictée allures et kilomètres durant dix semaines.

Je vous livre le truc. On se sait jamais après tout, peut-être qu'un jour il vous prendra brusquement l'idée de cavaler comme un dératé pour annoncer qu'Athènes à vaincu les perses !

  • Chaque soir durant trois semaines, se badigeonner la plante des pieds de jus de citron mélangé à quelques gouttes de d'huile essentielle de camphrier.
  • Hydrater au matin si  besoin est.
  • Quatre jours avant l'épreuve déposer sur chacune des plantes une épaisse couche de henné. Enrouler vos pied dans du film transparent puis un sac plastique pour préserver la couleur de vos draps : il faut passer la nuit avec cet onguent. Je ne saurais trop vous conseiller de ne pas inviter, pour cette nuit-ci,  votre amoureux à partager votre couche... déjà usé par vos discours mono-maniaques et la longueur de vos entraînements, il risque de vous surprendre en adoptant une allure de sprinteur pour prendre la poudre d'escampette !
  • Continuer avec le jus de citron jusqu'à la veille de l'épreuve,

Et juste avant d'enfiler ses chaussures :
  • Nettoyage minutieux au savon.
  • Passer un coton imbibé d'éther sur chaque plante de pied (pour enlever le film d'hydrolipidique afin que les pansements adhèrent mieux)
  • Faire chauffer au sèche-cheveux un pansement anti-ampoules (oubliez les compeed et les urgo de tout poil, en prévention épitact est d'une qualité cent fois supérieure)
  • Une fois ledit pansement posé, frotter sa face extérieure avec du talc (afin de réussir à le décoller ensuite : il est réutilisable et je ne m'en prive pas)
  • Recouvrir ensuite la plante de ses pieds d'une bande élastoplaste de grande largeur. En en découpant deux tronçons d'une quinzaine de centimètre pour ne pas recouvrir le dessus du pied et être trop à l'étroit dans ses chaussures.
  • Enfin, badigeonner ses orteils avec de la vaseline (je refuse de mettre de la nok chantée sur tous les tons dans les forums mais dont la composition me convainc de la tenir loin de mon épiderme)

Voilà, le plus surprenant reste qu'en dépit de ce pointilleux protocole, elles sont parvenues, certes non sous le pansement anti-ampoules qui protège le point névralgiques de leur terrassantes attaques, à éclore une fois encore. Si vous détenez un moyen plus efficace encore pour les éradiquer, je suis toute ouïe...