Je me souviens encore de mon identifiant et de mon mot de passe pour venir ici.
Je n'oublie pas même de mettre une marque de paragraphe en préambule, pas plus qu'un saut de ligne à l'extrémité de celle-ci.
J'ai perdu mes photos. La faute à un fruste hébergeur plus prompt à sortir le lance-flamme qu'à pointer ses factures acquittées. Après les menaces, les excuses la queue basse... M'en fous de ses regrets frelatés. C'est d'une sauvegarde dont j'avais l'usage. Fruste taulier... cela il ne sait pas faire. Ténardier va !

Reprendre les mots. Quelqu'uns au moins. Ils me manquent, je le sais. Je les étouffe sous mes pas. Tous ceux que j'enchaîne au prétexte de liberté. Cavaler, courir, mettre les bouts... Un peu plus vite, un peu plus loin. 48'20 aux 10 bornes et le marathon dans le viseur. Piètre gloire qui ne justifie qu'on lui sacrifie tant d'énergie. Mais l'on ne détale par pour les lauriers...

La peur au ventre toujours...

Revenir ici est doux...