" Jeudi, la garde à vue de l'infirmière avait été jugée "disproportionnée" par plusieurs syndicats hospitaliers qui ont dénoncé une dégradation des conditions de travail dans les hôpitaux du fait d'un manque d'effectif. La ministre de la Santé a réagi vendredi sur Europe 1 en regrettant "la récupération d'un drame aussi épouvantable". Elle a ensuite défendu, sur France Info, les moyens alloués à l'hôpital public. "Je signale que, dans un contexte de crise économique, alors que nous avons les dépenses hospitalières les plus élevées du monde (...), nous allons faire un nouveau plan d'investissement de dix milliards d'euros", a plaidé la ministre, dénonçant les voix "extrêmement isolées" qui se font entendre depuis l'incident. "La polémique est surtout nourrie par la CGT. C'est une vision très politique de l'affaire", a-t-elle estimé. " Mort d'un enfant à l'hôpital : l'infirmière mise en examen pour "homicide involontaireLe Monde.fr"

Une vision très politique ?
Qu'ils sont pitoyables ces animaux politiques que la France produit à l'envi qui ne savent plus voir la réalité autrement que par le prisme de leurs fonctions... La BACHELOT- NARQUIN me rappelle furieusement le RAFFARIN qui, en août 2003, n'avait rien trouvé de mieux à faire que d'accuser le syndicat des médecins urgentistes de France de faire une polémique partisane au prétexte qu'il tirait la sonnette d'alarme sur les décès provoqués par la canicule qui sévissait...

" Eh ôh !!! Du bateau !!! Revenez sur terre Mesdames et Messieurs des ministères ! " +videmment qu'elle est totalement inappropriée — et au cas présent inhumaine — cette mesure de garde à vue... Et vous ne savez-pas Madame la ministre ? Et bien autour de moi tout le monde en a une vision foutrement politique de cette mesure... Il en va de même des lecteurs du Figaro au demeurant... la faute à la CGT... on sait...