C'était le premier alors je n'avais aucune idée de ce que j'y trouverai. Des culottes courtes, il y en avait beaucoup ; mais de cela je me doutais... Il y avait un grand soleil aussi. Alors j'ai un peu regretté qu'un numerus clausus régente les éponges. Tant pis, pour me consoler, j'ai tapé dans toutes les mains qui se tendaient ! Certaines étaient si petites que j'avais peur de les chiffonner ! Comme dans le doux souvenir que j'ai de San Francisco où je voyais ces enfants d'un autre continent encourager les fuyards d'Alcatraz... Et puis je dois concéder qu'un curieux sentiment m'a envahie en traversant le stade de France, une vraie tendresse... en avisant ces immenses gradins vides d'où s'échappaient des hourras déversés d'une sono bienveillante ! En septembre j'avais pour dessein de finir la saison en mettant deux plombes au semi. Il va me falloir modifier mes objectifs... les deux plombes je les ai prises aujourd'hui ! Deux plombes et 50 secondes ! Il y a des milliards de gens qui courent plus vite que moi mais cela ne gâche rien à mon bonheur ! Heureuse j'étais. Heureuse je suis. Heureuse d'avoir convaincu, une borne avant l'arrivée, un original bavard et pour l'heure au point mort d'embrayer de nouveau et de reprendre sa course. Je ne comprenais pas bien son accent mais on s'est encouragé mutuellement. Et puis au finish il a accéléré avec moi et on a cavalé comme des dératés ! Je n'ai pas mis deux plombes et une minute. Non deux plombes et cinquante secondes. Et d'être restée sous la minute surnuméraire, je crois que je le dois à celui-ci, celui-ci à qui je n'avais jamais parlé et à qui je ne reparlerai sans doute jamais plus...

Un seul regret et un grand : que sur le tee-shirt de la compétition, sur les trois coureurs qui y sont représentés il n'y a pas l'ombre d'une femme... Nous étions pourtant nombreuses. Rien qui ne justifie qu'on oublie ainsi celles qui payent pourtant leur droit d'engagement comme les autres...