Je pense des billets que je n'écris pas.
Je contraste des photos que je ne publie pas.
Je laisse la distance se déployer.

Partager le silence.
Il paraît que c'est le comble de l'intimité.

Le mien creuse.
Je dresse des murailles autour des mots.
Je ne réponds plus aux mails.
Je fuis la sonnerie du téléphone.

Illusionniste, je suis...
Je comprends mal pourquoi je dresse ces murs presque en cachette.
Cela ne m'empêchera pas de vous sourire.
Et d'être si heureuse de vous revoir.

Mais je fuis.
Je ne sais pas même quoi...
Peut-être moi.