Acte I — Scène 1

Acte I — Scène 2

Acte I — Scène 3

Ayant fini par remettre la main sur le fichu ticket dont l'absence m'avait causée une telle volée de bois vert, je m'en suis ouverte aux instances dirigeantes qui avait pris contact avec moi . Il me fût alors demandé de leur adresser ce document essentiel !
Pensez donc, la preuve selon laquelle j'avais régulièrement fait l'acquisition d'un matériel d'une si haute fidélité : tout un programme dans quelques centimètres carré de papier !

Acte II — Scène 1

(La scène se passe 20 jours environ après l'envoi dudit ticket)
On y voit Veuve Tarquine tirant la langue au dessus de son clavier pour y écrire l'e-mail suivant :

Bonjour,
J'avais écrit en son temps un billet d'humeur qui avait suscité l'attention de Google et causé bien plus de bruit que celui auquel je m'attendais.
J'ai renvoyé à Monsieur W. le ticket de caisse du matériel défectueux. Je n'en ai pas encore remboursement mais je ne suis pas craintive sur le fait que cela interviendra prochainement.
Ce n'est pas l'objet de mon e-mail.
Non, simplement et à plusieurs reprises il m'a été proposé de votre part un geste commercial, j'ai obstinément refusé parce que je n'ai jamais recherché d'autre but que de raconter ce qu'il m'était arrivé sans chercher à en tirer le moindre bénéfice.
Cependant hier j'ai couru la Parisienne. Et j'ai pensé à vous.
Je courais pour une association minuscule. Une association qui n'a pas d'autre but que de faire en sorte de rendre un avenir à des enfants qui vont bientôt devenir aveugle.
C'est une maladie génétique, c'est une maladie orpheline.
Et personne actuellement ne peut faire de recherches sur cette maladie : car il n'y a aucun modèle animal.
C'est une toute petite association qui se bat pour que l'on parvienne déjà à élaborer un modèle...
Les scientifiques et notamment une équipe de Montpellier y travaille.
Mais ils ont besoin de fonds, ils ont besoin qu'on les aide, qu'on parle d'eux.
Même un tout petit peu.
Hier j'ai couru dans les rues de Paris et je pensais que Google est injuste.
Il a accordé bien du crédit à un billet d'humeur.
Et il n'accorde aucune visibilité à cette petite association qui se bat : "rien que pour voir".
Je ne sais pas j'ai raison où non d'attirer votre attention sur France Choïdérémie.
Je ne sais pas si vous pouvez faire quelque chose pour eux, les sponsoriser, parler d'eux, les aider de n'importe quelle manière qui soit. Ils sont de moults manifestations sportives défendant et clamant les couleurs de leur association.
Je ne sais pas si mon e-mail sera vain ou pas.
Mais je sais que je m'en voudrais terriblement de ne pas vous en parler alors que vous m'aviez proposé un geste.
C'est à moi que j'en voudrais de ne pas penser à eux. Si votre offre tient toujours, ne pourraient-ils pas en bénéficier ?
Je me tiens à votre disposition sur tous renseignements que vous souhaiteriez avoir sur ce que fait et poursuit cette association avec une énergie à la hauteur de leur credo... "rien que pour voir".
Cordialement,


Acte II — Scène 2

Exactement deux jours plus tard, je reçois par chronopost :

  • un chèque de remboursement de 9,90 €,
  • un antivol (dont je ne sais que faire)
  • une carte Go Sport
  • un bon de fidélité de 5 € (à valoir sur un achat de 20 € minimum).
  • Une invitation pour la révision de ma bicyclette

Merveilleuse coïncidence non ?
Quand je pense que cela faisait plus de deux semaines que ce ticket m'avait quitté pour revenir vers son émetteur !
Un Chronopost !
Quelle largesse pour une enseigne qui rechigne à vous rembourser 9,90 € !

Acte II — Scène 3

Veuve Tarquine au dessus de son clavier ne tire plus la langue mais affiche un mépris qu'il serait vain de vouloir décrire :

Bonjour,
Avec une coïncidence qui ne laisse de me surprendre j'ai reçu aujourd'hui par Chronopost (!!), un chèque de remboursement de 9,90 €, un antivol (dont je ne sais que faire) ainsi qu'une carte Go Sport accompagnée d'un bon de fidélité de 5 € (à valoir sur un achat de 20 € minimum).
Je vous remercie par ailleurs de me proposer la révision de ma bicyclette — dont je n'userai cependant pas.
Ainsi que je vous avais d'ores et déjà signalé, je n'entends pas profiter d'une quelconque manière de l'incident qui avait donné lieu en son temps à un billet sur mon blogue, je vous adresse donc par retour de courrier l'antivol, la carte Go Sport et le bon de fidélité (à valoir sur un achat de 20 € minimum).
J'aurais été sensible en revanche à ce que vous répondiez à mon précédent mail.
blablabla blablabla

Acte II — Scène 4

Un échange de mail insignifiant du genre  : « Non ! Oh non !  Vous pensez bien ! Il n'y a aucun lien entre votre e-mail et notre envoi par CHRONOPOST... »
Je m'empresse quant à moi de leur retourner la carte de fidélité, le bon de réduction et l'antivol dont je ne sais que faire (je suis parfaitement satisfaite de celui que j'ai acheté — moins cher — chez Décathlon et dont la qualité est indubitablement supérieure)

Et puis, je dois avouer que si ce n'était la certitude de ne plus jamais foutre les pieds dans un magasin GO SPORT, je pensais que plus jamais je n'aurais à en reparler céans.

Acte II — Scène 5


Cartouche d'un  message reçu ce jour :

Sujet : Bon de réduction 10€ pour 60€ d'achat
De : GO SPORT
A : Veuve Tarquine
Date : 03 Oct 2007 00:12


DU SPAM ! Maintenant je reçois du SPAM de GO SPORT !
Car s'il y a une chose dont je suis bien certaine c'est bien de n'avoir jamais autorisé cette enseigne a m'envoyer le papier à cul commercial pour lequel mes lecteurs habituels savent combien je voue une sainte détestation !

C'est ce SPAM qui a a terminé de me convaincre que l'élégance go sporienne (sic) méritait quand même qu'on lui fasse le crédit d'un nouveau billet !


Nota bene : je laisse — pour l'instant— les commentaires ouverts, je signale cependant à la bande de pieds nickelés qui — en utilisant l'adresse IP de GO SPORT— a tenté de se faire passer pour des acheteurs particulièrement satisfaisaits ou sont venus déverser leurs insultes à mon égard, que je ne présente actuellement aucune inclination à la patience...