- Maman, tu sais que tu es une maman géniale ?

- Non ma cocotte ! je n'ai rien d'une maman géniale, j'ai simplement une petite fille exceptionnelle. Et tu sais le propre des gens exceptionnels c'est de rayonner, de briller comme des soleils. En réalité je n'ai absolument rien d'une maman géniale, non mais tu es si merveilleuse que tu éclabousses tous ceux que tu aimes de ton génie. Tu donnes tout simplement envie aux gens d'être meilleurs qu'ils ne sont !

- Maman, tu crois qu'un jour tu te remarieras ?

- Je ne sais pas ma cocotte, je ne crois pas, non. Je n'en ai aucune envie. Mais je sais aussi que dans la vie l'on est jamais certain de rien et surtout pas de ce qu'elle nous réserve. En mal. Mais aussi en bien. Ce que je sais pourtant c'est que ton Papa, c'était lui l'homme de ma vie.  Je le sais du plus profond de mon être. Ce n'est pas même une certitude. C'est une évidence. (...)

- La preuve c'est que j'ai trois enfants géniaux !



Une évidence... Et puis, en écrivant ces mots, toute seule devant mon VAIO, sans ma fille devant laquelle je fais bonne figure, j'éclate soudain en sanglots. Parce qu'on a beau faire la faraude ça fait encore un putain mal de chien. Et j'aimerai parfois croire que dieu existe pour lui vomir ma peine et ma colère. Encore une fois...