Il faut que je trouve une vis qui tienne... C'est la plaie des vélos la visserie... On se casse la tête pour trouver LE siège enfant haute sécurité mais ce n'est jamais le harnais qui vous fait défaut... c'est la petite vis du porte bagage sur lequel il est fixé qui se fait la malle... Elle en a eu marre des pavés. Et aussi des insultes. J'en ai marre de me faire insulter par des piétons mécontents des aménagements cyclables... Aujourd'hui j'ai craqué. Je suis devenue comme eux. Je ne suis pas très fière. Mais Tarquinet a tant pleuré ce weekend. C'est désarmant un enfant qui pleure "pour rien". C'est terrifiant un enfant qui pleure "pour rien". Et c'est très culpabilisant... Alors ce soir, j'étais pressé de le voir. Et il était déjà trop tard. Evidemment. Trop tard pour lui montrer que ce soir, précisément ce soir, précisément pour lui, j'allais rentrer plus tôt. Et puis vérifier ses devoirs, et puis m'enquérir de lui. Le temps qu'il faut. Lui consacrer quelques instants de plus que les quotidiennes millisecondes qu'il dispute à ses frère et soeur. Sauf que j'avais raté mon coup... Encore une belle résolution qui passe à trépas. Je suis pétrie de belles résolutions. Ma vie est tapissée de belles résolutions qui ne font que mourir les unes après les autres. Certaines dans des grands splaoutch. Mais la plupart s'éteignent en silence moisi, dans l'odeur douceâtre des purulences furtives. Une collection qui s'anime la nuit. Bref, je me serais foutue des baffes... Appuyer sur ses pédales avec obstination me semblait être la seule fuite admissible. Alors je m'y employais quand j'ai avisé trois personnes qui marchait sur cette piste hasardeuse. Je me signale d'un ding. Coup d'oeil en arrière de l'une d'elle qui se déporte en signalant aux deux autres ce surprenant aménagement urbain : Mazette ! Une piste ici ! De dos, je lui fait le crédit d'une vingtaine d'année. Sans se retourner celle-ci s'est carrée dans sa paire de fessiers bien décidée à occuper le terrain... à jouir du sentiment d'exister aussi... dans son jean et sa démarche empruntés d'une Roselyne Groseille... Alors je n'ai eu d'autre choix que de la doubler en la bousculant. Avant de me retourner et de lui lancer un méprisant "gros tas". J'ai décoché aux abîmes qui me surplombaient une silencieuse excuse vers mon feu mari, homme confortable s'il en était et désormais douillet devant l'éternel... avant de me réjouir d'avoir entraperçu combien l'outrage était cuisant. Pas très glorieux, je le concède. Et éminemment facile. Sauf que l'on ne m'ôtera pas de l'idée qu'avant d'emmerder volontairement de paisibles mères de famille qui n'ont pour l'heure d'autre préoccupations que de consoler leurs moutards, il faut peut-être en mesurer les risques... Et que nous ne sommes pas toutes des Marielle Le Quesnoy... Bon, il faut que je répare mon vélo... Trouver la vis... C'est forcé ! Tarquinou doit pouvoir s'y asseoir en toute sécurité demain à la première heure. Et.. et... et...