Le nez dans le guidon. Pour ne pas s'arrêter, pour ne pas lever le nez et surtout ne pas se retourner.
Le rythme est quasiment constant et si rassurant...

Pour une raison que je ne comprends pas bien, hier matin j'ai mis les freins. J'ai ralenti et même posé un pied à terre. Pas longtemps mais suffisamment pour jeter les yeux derrière moi.

Peut-être pour mesurer la distance parcourue
Peut-être que je me croyais suffisamment loin pour être hors de danger.
Peut-être aussi que j'étais fatiguée et que j'ai eu envie de me reposer quelques instants.

Alors j'ai tourné la tête.
Mais ce n'est pas le chemin écoulé que j'ai contemplé. Non, soudainement c'est sur la ligne de départ que je me suis retrouvée, envahie par les émotions qui vous vrillent les tripes quand vous n'avez d'autre choix de vous aligner et de tenter de combattre.

Elle m'a pris à la gorge encore une fois.
La peur.
La peur qui me dévorait.
La peur qui hantait mes nuits et mes journées.
La peur qui me tordait aussi sourde que puissante, aussi coite que vorace.
La peur qui fait vomir
La peur qu'on tait à tout prix parce qu'il n'y a pas d'autre choix que de la subir, pas d'autre choix que de serrer les dents et d'avancer, même dans le plus sombre des cauchemars.
La peur qu'on nie mais qui vous ravage silencieusement.

Jamais je ne l'aurais avouée.
Je ne pouvais pas perdre.
La peur de plomb, la peur qui plombe.
Moi l'expansive, moi l'ostensible, je ne me souviens pas avoir jamais dit la terreur qui me tenaillait.

Et puis hier en tournant innocemment les yeux, je me suis retrouvée face à elle. Elle que j'avais mis tant d'obstination à nier, elle si forte quand je croyais l'avoir oubliée.
Je me suis recroquevillée sous la couette, estomaquée, assommée. J'ai replié mon corps pour offrir le moins d'aspérités.
Car on ne combat pas cette peur là, on fuit en priant pour qu'elle vous laisse en paix.

Impuissante ironie, hier tu n'as pas suffit.

Oui, je crois que l'innommable, l'abject c'était la peur avec laquelle je vivais.
La peur de comprendre, la peur des cris qui résonnent dans la nuit, la peur des sirènes, la peur... , la peur de leur pleurs... , la peur ... Et faire face et tenir. Et... et... et la peur qui ne vous lâche plus, même quand tout a disparu, la peur de sa vie... Et puis la peur pour seul avenir, celle-là elle vous cueille quand vous êtes déjà à terre et elle vous lamine au plus profond...

Et quand on a repris quelques souffles remonter sur sa selle. Et filer loin. Histoire de s'en moquer. Bravades, peut-être. Mais il est des temps dans la vie où les bravades sont la seule chose qui vous restent. Et dans ces moments-là les bravades sont précieuses...