La méthode est simplissime mais d'une efficacité redoutable ! La recette vieille comme le monde était déjà usitée par les trappeurs néanderthaliens : attirer puis occire ! Certes depuis quelques dizaines d'année notre progéniture bénéficie d'un régime outrageusement protecteur de sorte qu'il n'est plus question de goûter leur tendre chair. En revanche il semble bien que des esprits retors aient trouvé un judicieux instrument de vengeance : à défaut de de croquer leurs oreilles en beignets, ils se contentent de les en priver ! Et à grande échelle s'il vous plaît !

Je vous en livre le monde d'emploi :

Au bout de l'hameçon,  vous embrochez une bonne centaine de jeux divers et variés : avouer que pour chasser le marmot il est difficile de trouver mieux ! Un festival ! Un vrai festival avec boniment, cars en transit et service d'ordre !
La trappe est constituée d'un gymnase à la superficie aussi imposante que l'inintelligence qui a présidé au calcul de son acoustique. Un fleuron de l'équipement sportif des années 70, une décennie de jaloux qui réglaient ses comptes avec les concepteurs des stades antiques. Vous savez ces ouvrages de pierre au sein desquels un murmure transperce l'air pour vous mieux rejoindre quand le bruit se meurt avant de pouvoir vous atteindre. Alors les jaloux ont élevé un édifice, un édifice où les murmures se meurent et les bruits s'épanouissent, un édifice où les sons ne sont que charivari et hourvari, un édifice où ne résonnent que fracas et galimatias.
Le reste est enfantin :
Au centre de la trappe vous placez l'hameçon.
Vous attendez que la trappe soit bien pleine de chérubins et tant pis si avec eux vous allez sacrifiez quelques parents.
Quand chacun est concentré qui sur ses dés, qui sur ses dames, vous lâchez votre arme : une pleine batterie de hauts-parleurs calibrés "concert des Stones au Parc des Princes "
Maintenez la pression 55 minutes en sommant votre service d'ordre de contenir puis de se gausser des plaintes des parents désarçonnés par la salve aussi lâche que pernicieuse. Et si vous êtes contraints de ne pouvoir les ignorer eu égard à leur nombre, n'y céder qu'avec ironie et n'acceptez que de baisser le volume avec une économie démontrant tout le mépris qui vous portez à ceux qui s'imaginent protéger leur marmaille de votre plan machiavélique.
Savourez votre victoire : vous pouvez vous enorgueillir d'avoir participer activement à l'altération de l'audition de nos chères têtes blonde !
C'est certes un plaisir un peu couard, mais tellement savoureux...



Il y a quelque chose d'infiniment grotesque à constater que le droit du travail (d'ici et d'ailleurs) est plus rigoureux avec la protection des oreilles des travailleurs que les municipalités avec celles de nos chérubins...

Et si je vous dis — alors que les agressions sonores me sont intolérables— que je n'étais pas même celle qui a protesté le plus vivement, vous mesurerez le niveau sonore que nous l'on a contraint de supporter. Bah oui, parce qu'une fois que vous avez éparpillé vos trois mômes au fond de la trappe, imaginez le temps qu'il faut pour les dépister... En revanche, j'ai pu constaté qu'eux même assommés par le vacarme qui se déversait sans discontinuer, ils n'ont pas même protesté pour quitter le gymnase !



Je crois bien que je ne suis pas prête de refoutre les pieds dans un tel traquenard...



J'ai encore les oreilles qui sifflent (et cela fait pourtant deux heures que je leur impose un silence monacal...)