Il s'est cassé sous le choc.

Ce n'est pas faute de ne pas l'avoir clamé... Je l'emprunte deux fois par jour, alors cela devait sans doute arriver.

J'ai vu la portière s'ouvrir à quelques malheureux millièmes de millimètres de ma roue avant. Je venais de dépasser un croisement où j'avais laissé passer quelques piétons. L'allure et le temps étaient doux.

Il s'est cassé sous le choc. Un choc d'une violence inimaginable. Comme si tout mon poid s'était concentré à cet endroit-là. Point de mains, point de bras pour amortir. J'ai chuté de dos.

Il s'est cassé sous le choc, je l'ai senti percuter le bitume et puis rebondir. Et retomber encore une fois.

Il s'est cassé paix à son âme. Je préfère que ce soit lui que moi...

« C'est fou comme les vélos roulent vite parfois » a cru pouvoir dire la conductrice alors que j'étais à terre. Par chance je n'avais pas perdu connaissance, j'ai donc pu prendre toute la mesure de sa bêtise. Sa passagère n'avait simplement pas vu que leur véhicule était garé exactement le long d'une piste cyclable...

Cyclistes pour votre sécurité :

mettez un casque et ne roulez pas sur la piste cyclable du Boulevard Magenta...



Lorsque j'avais écrit mon premier billet j'avais également envoyé quelques mails à des élus... qui ne m'ont jamais répondus évidement. C'est pourtant d'une telle évidence ... Combien faudra-t-il encore d'accidents pour que l'on fasse disparaitre cette piste qui met en danger vélos et piétons réunis...



Je précise car je m'aperçois que je ne n'ai l'ai pas fait précédemment que c'est mon casque qui s'est cassé sous le choc.

Le vélo n'a rien !

J'ai de vilaines contusions, un torticolis qui me donne un air encore plus raide que d'habitude, des courbatures partout, les radios à l'épaule m'ont confirmé que mes os étaient costauds. Et je remercie les pompiers et le service des urgences de l'Hôpital LARIBOISIERE, ils ont été absolument charmants !