Deux mois durant, ce spécialiste des os brûlés a ausculté la momie de sainte Roseline de Villeneuve pour tenter d'identifier l'origine des taches blanches qui étaient apparues sur ses mains et ses pieds : «Quand nous lui avons expliqué le but de nos recherches, l'archevêché s'est montré plus que compréhensif, coopératif. Ce ne fut pas le cas des ouailles. Un jour, un petit commando a débarqué dans le labo pour vérifier que nous n'avions pas déshabillé la sainte ! D'autres ont envoyé une pétition à mon ministre de tutelle.+

Légistes ès reliquesLibération — samedi 18 juin 2005.