Monsieur Dieudonné, il fût un temps où vous m'étiez indifférent mais où je pensais que vous n'étiez pas dénué de talent.

Aujourd'hui j'ai acquis la conviction que votre talent vous a fui depuis longtemps, et que vous êtes un humoriste de la pire espèce. De celle qui donne à rire comme on en donne en pâture, qui se vautre dans les rires gras et rosses, puis, inévitablement se pose en victime et non en acteur de ses propres retours de bâton.

Votre fond de commerce est gluant de médiocrité, incapable de donner à penser vous suscitez la haine, vous exploitez le malheur du monde pour vous faire applaudir, sans autre génie que de flatter les plus misérables travers de notre humanité.

Et n'allez tenter de me faire accroire que vous véhiculez des idées, ou suscitez des interrogations : non vous véhiculez des lieux communs de la plus basse extraction à la seule fin de satisfaire un public déjà conquis à vos ignominies et trop heureux de savoir qu'ils sont plus qu'excusés de leur sombres pensées puisque celles-ci ont désormais une tribune.

Ce billet fait suite aux articles de BHL car, en ce qui me concerne, son article est marqué au coin du bon sens et peu m'importe que ce soit lui plutôt qu'un autre qui ait soulevé le lièvre, de Zvezdoliki, de Kozlika, de Laurent et mes respects à Djamel Debbouze.



Ah oui, j'oubliais, j'ai lu avec plaisir ce portrait de Dustin Hoffman dans Libération et lui il dit ceci :

Sa judéité se porte mieux. « Intellectuellement en tout cas. Sur le plan émotionnel, il reste toujours quelque chose de la peur à l'estomac. Etre juif, c'est comme être une femme, faut prouver tous les jours qu'on est plus malin que les autres. »


Et puisque la question à la mode est de savoir pourquoi l'on prête plus d'attention aux juifs qu'aux rwandais vicimes eux-aussi de massacres aussi méthodiques que monstrueux, je vais m'empresser d'y répondre :

Parce que 60 ans après les horreurs de la seconde guerre mondiale, il se trouve qu'il y a encore des clients mécontents à la lecture d'un jugement qui me demandent, l'air entendu : « le Président ? Il est juif non ? »