Envie de me noyer dans ces lieux, de m'y absorber tellement que j'y disparaîtrais.
Oui, une formidable envie d'être ailleurs...
Tiens, demain, je vais revoir des gens que je n'ai pas vu depuis un an, exactement depuis l'enterrement de Maman... Il paraît que c'est mon frère et ma soeur aînés. Enfin, ils sont nés avant, il y a longtemps... Parfois je me demande pourquoi je deviens tellement solitaire, et puis il y a des jours où non seulement je le sais mais où de surcroît je m'en félicite... Oui, l'indifférence se cultive... Il vaut mieux ne rien attendre de personne, ça évite les désillusions... Et puis ça tombe bien, je n'ai pas besoin d'eux, alors vite, terminons-en et puis ressortez aussi rapidement de ma vie. Voyons ! rassurez-vous vous savez bien que je ne manie pas le registre de la culpabilité, sortez ! sortez sans crainte ! la seule chose qui m'importe c'est d'enfourcher mon vélo et de voir Paris revêtir doucement ses couleurs d'hiver. Ne vous inquiétez pas, je ne ressens ni colère, ni ressentiment, pas même de la trahison. Ne vous inquiétez pas vous dis-je, laissez moi seule avec mes enfants, il est dorénavant trop tard pour revenir dans ma vie que vous avez fui exactement au seul moment où j'aurais pu avoir besoin de vous. Oui je sais, je me doute bien que vous regrettez, vous me l'avez fait dire... Et puis je me doute bien que c'est une lourde culpabilité que vous portez désormais. Mais ne vous inquiétez pas vous dis-je... Certes, disparaître dans un moment pareil ce n'est pas très glorieux mais peu importe, partez, sortez, vous avez ma bénédiction. Il est dorénavant trop tard pour me faire croire que vous m'aimiez... Il fait doux pour la saison, vous ne trouvez pas ? Moi j'irai bien faire un tour en vélo. C'est tellement satisfaisant de traverser Paris en bicyclette !