Un cimetière de campagne


Elle s'est endormie, il y a un an
Elle ne s'est jamais réveillée.
C'était ma maman, et évidemment que je l'aimais.
Elle est dorénavant là-bas, près de papa
Sous une lourde pierre noire
Où les enfants vont chercher des escargots
Près de la forêt et des vieilles pierres effritées.
Quelques larmes pour elle, qui me manque tant
Et pour ma Philomène que j'aime, plein de pensées !