une pièce d'un euro très abîmée

Si ce que Laurent m'a révélé lors du dernier Paris Carnet est vrai (vous ne pensiez quand même pas que j'avais amené du Nutella sans une idée derrière la tête !) il est contraint de dénaturer ses carnets pour une somme qui correspond exactement à ce que je trouve chaque jour sur la chaussée.

Vous n'imaginez pas le nombre de conducteurs qui perdent de la monnaie en sortant leur clefs de voiture !

Dorénavant, plus d'hésitations ! Ramassons donc cette manne sans fin ! Glanons ces piécettes balafrées ! Cueillons ces métaux éraflés. De ferraille en picaillons, de centimes en écu, conservons ces deniers.

Puis, remettons notre moisson à Laurent pour qu'enfin il puisse sauver Embruns de la misère publicitaire.