Si, ce soir, vous étiez parisien motorisé et qu'au volant de votre automobile vous vous êtes fourvoyé au nord de la capitale, en vous doublant, longue file informe et désemparée, j'ai eu une petite pensée émue pour votre temps tellement perdu...

Si, ce soir, au même endroit, vous étiez parisien motorisé au volant d'une noire BMW, sachez que j'ai jubilé en vous dépassant ostensiblement. Et apprenez encore que vos espoirs pour passer inaperçus étaient vains... je vous ai dénombré - j'ai maintenant l'oeil exercé - vous étiez bien plus de trente à tenter de vous cacher...

Si, ce soir, au même endroit, vous étiez parisien motorisé au volant d'un 4x4 noire climatisée, aux vitres teintés et à l'égoisme affiché, sachez que j'espérais que de votre altière position vous me voyez parcourir les kilomètres là, où dans le même temps, vous ne pouviez faire que quelques centimètres...