Flacon d'orelox enfants-nourrisson

Je vais vous paraître peut-être un brin râleuse mais ce soir, j’ai une dent contre l’industrie pharmaceutique. Je vous explique : Tarquinou est malade, bien malade même. A telle enseigne qu’en dépit de l’air du temps et des publicités dont on nous a inondées tout l’hiver, il lui a été prescrit des antibiotiques, plus particulièrement de l’Orelox.

Alors l’Orelox « enfants-nourrissons », c’est simple c’est un cauchemar de parents d’enfant malade, une hantise de père et de mère, c’est un véritable poison ! Non pas parce qu’il est délétère mais parce que le fabricant de ce produit vous oblige à endosser l’habit du père fouettard ou de la mère marâtre, c’est selon.

L’Orelox, c’est simple quand vous l’ouvrez, un entêtant parfum de banane vous inonde les narines. Méfiez-vous c’est un leurre…

C’est pour vous persuader que ce sirop reconstitué est agréable au goût et qu’ainsi, avec beaucoup de conviction, vous allez tenter de décider votre rejeton d’avaler ce précieux, et pourquoi pas goûteux breuvage.

Un conseil, avant de mentir de façon éhonté à votre marmot : goûtez l’Orelox « enfant-nourrisson »

La banane on aime ou on aime pas, mais ce n’est pas ce parfum qui est en cause… non c’est le retour en bouche une fois que l’asphyxiant (mais cependant pas suffisamment) parfum de banane disparaît.

Je ne connais pas de pire amertume, (et je dois dire que je suis experte car je goûte tous les médicaments de mes gamins), c’est réellement imbuvable, c’est un vomitif que l’on oserait pas vous faire avaler mais que l’on dispense allégrement à des « enfants et nourrissons »

Ce qui pourrait fait sourire devient beaucoup plus gênant quand vous avez votre marmot avec une détresse respiratoire et que rien ni personne ne peut parvenir à lui faire avaler la dose nécessaire pour le soigner et ce, trois fois par jour !

Le seul moyen c’est de mettre l’immonde boisson dans une pipette doseuse (d’un autre médicament) de lui faire ouvrir la bouche de force et en le plaquant façon rugby lui déverser au fond de la gorge l’Orelox «enfant-nourrisson ».

Comme il va parvenir à en recracher une bonne moitié, comptez au moins deux coercitions de la sorte et 20 minutes de votre temps.

Au bout de mon troisième enfant, il y a bien longtemps que je ne laisse plus prescrire à mes enfants ce fétide remède mais malheureusement comme j’étais retenue par une audience que je ne pouvais remettre, mon médecin est passé voir mon petit bout chez sa nourrice, donc en mon absence.

Conclusion : je suis bonne pour téléphoner de nouveau à mon médecin et me faire prescrire de nouveaux antibiotiques.

Parce que violenter mon fils de la sorte trois fois par jours pendant 6 jours, c’est hors de question et qu’il est trop malade pour que je laisse tomber le traitement.

Je rêve de mettre la main sur les individus qui ont mis au point ce sirop et qui a défaut de s’arrêter sur l’inéluctable répugnance des enfants ont pensé acheter la conviction des parents à coups d’arômes de banane odorante.

Je n’irai pas même jusqu’à leur faire boire la dose correspondant à leur poids (ce qui à mon sens, est un traitement trop inhumain) mais simplement ce qu’ils font subir durant 6 jours à un enfant de 10 ou 15 kilos. Toute honte bue, je pense qu’ils n’oseraient pas même en faire avaler à leurs enfants (qu’ils ne doivent pas avoir, c’est quasi certain !)