Aujourd'hui, j'ai l'impression que Mary Poppins a survolé Paris en parapluie ! Je n'ai cessé, au cours de la journée de voir des choses curieuses !

deux de coeur dans la rue

D'abord un "deux de coeur" posé par terre, comme s'il attendait un compagnon pour jouer à la bataille, m'a fait pensé au rayon vert d'Eric Rohmer dont l'héroïne ramassait fréquement des cartes qu'elle trouvait dans la rue. Je me souviens en voyant le film, avoir pensé, "n'importe quoi ! personne ne trouve de carte dans la rue !".

Ce soir sur la place de la porte Maillot, j'ai croisé une deux-chevaux verte avec de la paille plein les poignées de ses portières et de son coffre ! Comme j'étais à vélo, je n'ai pas eu le temps de prendre une photo, mais je vous assure que c'était très surprenant !

inscription sur un mur



Ensuite, à la faveur d'un arrêt, mon oeuil est attiré vers les hauteurs où je découvre, hilare, l'inscription suivante "En période de guerre judiciaire".

Allons bon ! qu'est-ce donc que la guerre judiciaire ?

Attendez, je crois que j'ai trouvé :

Musi kai galais polemos en
Avocats et magistrats étaient en guerre,
La bataille des robes faisait rage
Une loi, fut présentée pour les faire taire,
Depuis qu'elle est votée, ceux-ci font bon ménage,
Tout occupés qu'ils sont à la faire amender
Moralité, avant de s'écharper,
Il vaut mieux s'accorder.




Nota bene : cette fable n'a aucun lien avec l'actualité, mais à l'occasion de ce billet, j'ai simplement copié le style d'Esope et la dérision de Monsieur Honoré Daumier...