Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

(non) droit ou (in)justice

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 13 décembre 2014

Sortir les femmes souffrant de complications médicales à la suite d'une IVG du dispositif d'indemnisation : le gouvernement l'a fait !

Et hop ! En un tour de passe/passe c’était fait : à la faveur d’une disposition bien technique cachée au fond de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2015, on a exclu les victimes d’actes « non thérapeutiques » du dispositif d’indemnisation mis en place par la loi du du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé.

Les victimes d’actes non thérapeutiques ce sont les victimes de complications survenues au cours d’une IVG, d’une opération de chirurgie esthétiques ou de circoncision rituelle. La Cour de cassation avait pourtant bien précisé (Cf arrêt du 5 février 2014 concernant une jeune femme décédée d’un arrêt cardiaque lors d’une anesthésie précédant une liposuccion) qu’elle ne pouvait être exclue de ce dispositif indemnitaire…

Et bien non, il s’est trouvé quelqu’un au ministère des finances pour glisser habilement un petit rectificatif à ces principes… et tout le monde a servilement voté !

Pour ceux qui ne me suivent pas sur twitter (parce que pour les autres, je doute qu’ils aient pu échapper à mes véhémentes indignations et à mes explications techniques), vous trouverez le détail des nouvelles dispositions dans ce billet du site de l’Association Nationale des Victimes de Dommages Corporels -indiquant un contact presse au cas où des journalistes voudraient des explications plus précises…

Je ne sais pas ce qui me déprime le plus… qu’un gouvernement de gauche participe à cet inquiétant retour en arrière ou que ces mesures puissent être votées dans le plus grand silence et d’avoir l’impression que cela ne dérange quiconque…

[billet à partager, à reprendre, à copier, à placarder, à chanter…]

dimanche 10 mars 2013

Petit exemple illustré -et sanctionné- de la politique immobilière de la Mairie de Saint-Ouen

Organiser la paupérisation de la ville pour conserver son électorat... Tels sont les desseins dont je soupçonne de Madame le Maire de ma ville (renommée zombieland depuis qu'elle est livrée sans résistance au bruyant commerce de la drogue). Petit exemple de manœuvre de contrôle : tenir à distance ces bobos parisiens qui pourraient bien ne pas avoir le cœur à voter communiste (ou alliés) aux prochaines élections municipales.

Sanction : « Considérant, d'autre part, qu'il résulte de déclarations du maire de la commune faites à divers médias, auxquelles se réfère expressément Mme B dans ses écritures, qu'il use systématiquement du droit de préemption à seule fin de peser sur le prix de l'immobilier, le détournant ainsi de son objet ; que, dans ces conditions, la commune ne dément pas utilement les assertions de Mme A relatives à des manoeuvres ayant eu pour objet la souscription d'une nouvelle déclaration d'intention d'aliéner à un prix minoré ; qu'il suit de là que le détournement de pouvoir allégué doit être tenu pour établi ;  »
Arrêt de la Cour administrative d’appel de Versailles en date du 18 octobre 2012, Commune de Saint-Ouen, c/ Mme B, req. n° 11VE02174
La politique de préemption pour contrôler les prix est illégale - Un billet de Me Benoît JORION, du blog droit de préemption

mardi 25 septembre 2012

La prose de Monsieur Durand-Soufland... Encore lui !

En croquant une Wasa devant mon écran je pestais contre la journaliste du Figaro qui confond Cour et Tribunal de sorte que sa phrase ne veut plus rien dire...  Il faut dire qu'en ce moment je suis un peu remontée contre ces journalistes qui se gonflent les joues de terminologie de Palais sans s’apercevoir qu'il ne font étalage que de leur patente inculture. Bref, j'en étais là quand je me suis avisée que le sieur Durand-Souffland (dont je suis une grande fan) devait bien se trouver dans quelques autres colonnes du Figaro. Oui, suis-je bête ! Le procès Védrines. J'ai filé incontinent lire son article et si je vous dis que je m'y suis pâmée d'extase, je mentirai à peine !

"Si M. Tilly a commis ce dont il est accusé, alors il est comme tous les escrocs ou gourous tombés de leur piédestal: un vaniteux surpris nu, qui ne sauve son narcissisme du naufrage qu'à travers une logorrhée à sa propre gloire.

(...)

Me Novion, avocat du prévenu, prie le tribunal d'envisager que son client «perçoit peut-être le réel de manière différente». En clair, qu'il est à moitié dérangé. L'échappatoire par la camisole: il faudrait être fou pour ne pas la tenter."

Les Védrines face au «diable» de Monflanquin - Stéphane Durand-Souffland - Le Figaro.fr mis à jour le 25/09/2012

samedi 18 août 2012

Les Pussy Riot : trois femmes et deux ans de trop...

J'aime beaucoup l'édito du Monde — en son intégralité, à commencer par son titre : " Vladimir Poutine et les sorcières des Pussy Riot".

La condamnation des trois punkettes, étudiantes brillantes et mères de famille, se voulait une démonstration de force du Kremlin, adossé à une justice aux ordres et à une Eglise orthodoxe plus que complaisante. Mais à l'heure d'Internet et du village global, elle résonne comme un singulier aveu de faiblesse, autant que de stupidité : elle donne un nouveau souffle à l'opposition, qui en manquait cruellement ces derniers temps. Une fois de plus, le Kremlin vient de se tirer une balle dans le pied."

jeudi 28 juin 2012

Règle n°1 : sur internet il ne faut avoir confiance en personne !!

" Bonjour,
J'attire votre attention sur le fait que la version en ligne de la loi n°85-677 du 5 juillet 1985 comporte une erreur.
En effet l'article 43 est présenté comme faisant partie du Chapitre II alors qu'en réalité il fait partie du chapitre III section V (juste au dessus de l'article 44 en fait).
Cet erreur emporte des conséquences importantes puisque l'on comprend que l'article 43 s'applique à tous les accidents quand il ne concerne en réalité que les seuls accidents de la circulation. Je vous adresse le fac-similé de la page du JO permettant de vérifier ce point par vous-même."

Preuve s'il en est qu'il faut se méfier de tout le monde !

mardi 8 mars 2011

Cherchez l'erreur :

Art. 66 de la constitution française : " Nul ne peut être arbitrairement détenu.

L'autorité judiciaire, gardienne de la liberté individuelle, assure le respect de ce principe dans les conditions prévues par la loi."

Déclarations de Monsieur Jean-François COPE : " Concernant l'application des peines, «nous préconisons que ce soit vraiment le parquet, le procureur qui aient l'entière responsabilité de l'exécution des peines», a-t-il ajouté. Actuellement, cette responsabilité incombe au juge d'application des peines (Jap) qui n'est pas soumis hiérarchiquement au pouvoir exécutif."

Dites, Monsieur Coppé, et si par le plus grand des hasards les rédacteurs de la Constitution l'avait prévu volontairement que ce ne soit pas le pouvoir exécutif qui détienne un tel pouvoir ?  huuummm ? En matière de lutte contre l'arbitraire cela se fait vous savez...


mercredi 6 octobre 2010

Le journaliste est bête, il croit que c'est le juge qui est bête, alors qu'en fait c'est l'avocat dit le justiciable*

Devant les spasmes médiatiques qu'a déclenché le jugement rendu hier par la 11ème Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris dans l'affaire Kerviel et les énormités que j'ai lues dans tous les grands quotidiens nationaux (il semble que les commentaires des journalistes à la télé aient été plus affligeants encore mais par bonheur je ne regarde pas la télévision), je vais quand-même me fendre d'un micro billet pour rappeler qu'en droit de la responsabilité, pour indemniser un préjudice, on ne prend en considération que ce seul préjudice. La situation financière de celui qui en est l'auteur, la gravité (ou non) de sa faute ou tout autre élément étranger à ce qui constitue ce seul préjudice est parfaitement indifférent. Les magistrats ne peuvent adoucir la dette de réparation du prévenu au prétexte de ses revenus, pas plus qu'il n'accorderont —en droit français— de dommages et intérêts plus importants au prétexte de la richesse de celui-ci.
Si le livre qui a été détruit coûte 10 €, le prévenu déclaré coupable de cette destruction (je vous laisse inventer les préventions diverses et variées qui peuvent avoir fondé les poursuites pénales) sera condamné à payer à la victime propriétaire dudit livre, la somme de 10 €. Même si le prévenu est Monsieur John Davison Rockefeller lui-même. Si le prévenu a causé un préjudice de 4,9 milliards d'euro, il est condamné à payer à la victime 4,9 milliards d'euros.
Dans cette affaire, ce n'est pas le montant de la condamnation qui est considérable : ce sont les sommes qui ont été perdues par l'action du prévenu...

Notes :

[*]  Slogan emprunté à la campagne de Sécurité routière 2006 "L'automobiliste est bête, il croit que c'est le motard qui est bête alors qu'en fait c'est le cycliste, dit le piéton."

lundi 27 septembre 2010

Du pillage —totalement— décomplexé !

Le comble de la piteuse rapine c'est de faire main basse sur l'œuvre des autres avant d'interdire à autrui d'en faire la reproduction ! Et bien je vous présente le piteux site qui vous en offre une magnifique vitrine :

FredZone, zone de pillage hautement décomplexé

En bandeau, une photo de mon pied, dans ma vibram Five Fingers, prise dans mon jardin axonais et publié —avec mon autorisation— sur le site de wanarun.

Du vulgaire pillage, me direz-vous ! Et vous ajouterez que cela n'est certes pas la première fois que j'en suis victime...

Que nenni ! là c'est du grand art (en matière de rapine j'entends !) Jetez donc un oeil sur les mentions légales que surmonte MA photo de MON pied dans MA chaussure dans MON jardin prise avec MON Canon :

fredzone-mentions-legales.jpg


Sous MON pied à moi, un peu plus bas vous pourrez lire :

Droits de reproduction

La reproduction de tout ou partie du contenu de ce blog est interdite sans la permission écrite de l’auteur (sauf mention particulière). Tout autre matériel contenu sur ce site (photos, textes, images, codes source, logos, noms de produits ou marques citées, etc.), est la propriété de leurs détenteurs respectifs."

Autant vous dire que mon pied mériterait de s'imprimer sur autre support que la page de l'indigent webmaster ...

 

Edit un peu plus plus tard : j'ai reçu dans les cinq minutes qui ont suivi ma demande, l'assurance que la photographie était ôtée du site ainsi que des excuses qui m'ont convaincues, non pas pas de retirer ce billet mais les informations personnelles qu'il contenait

 

vendredi 30 juillet 2010

VICTOIRE !!

Considérant que, dans ces conditions, les articles 62, 63, 63 1, 63-4, alinéas 1er à 6, et 77 du code de procédure pénale n'instituent pas les garanties appropriées à l'utilisation qui est faite de la garde à vue compte tenu des évolutions précédemment rappelées ; qu'ainsi, la conciliation entre, d'une part, la prévention des atteintes à l'ordre public et la recherche des auteurs d'infractions et, d'autre part, l'exercice des libertés constitutionnellement garanties ne peut plus être regardée comme équilibrée ; que, par suite, ces dispositions méconnaissent les articles 9 et 16 de la Déclaration de 1789 et doivent être déclarées contraires à la Constitution ;
Décision du Conseil Constitutionnel nÝ 2010-14/22 QPC du 30 juillet 2010

Après cette décision-là (encore plus belle à mes yeux bien que moins commentée par la presse), le Conseil Constitutionnel a encore une fois donné toute la mesure de sa clairvoyance et de son indépendance... Pour être tout à fait honnête je ne peux que remercier Monsieur Sarkozy d'avoir instauré la Question Prioritaire de Constitutionnalité... je lui dois mes deux plus grandes grandes joies judiciaires de l'année !

lundi 30 novembre 2009

Le hasard fait bien les choses... ce que la mort ne fait jamais !

Pondre un billet jusqu'à pas d'heure sur les frais d'obsèques cela ne s'invente pas... ( Pour la Gaz Pal, pas pour le bricatruc !)
Et j'habite au dessus d'un cimetière aussi...
Et le pire c'est que je m'en fous comme de l'an quarante (du cimetière du moins)
A potron minet, je préfère entendre les oiseaux chanter que le doux bruit de la benne à poubelles...
Mais là j'en ai assez des caveaux où l'on compare le nombre de place avec le nombre de cercueils
" Ah ah ah ma petite dame, vous avez fait un caveau à deux places ! Mais mon assuré, c'est votre mari qu'il a tué ! pas vous !"
Mais que croyez-vous donc ! Je ne vous en paye que la moitié de votre caveau ! Et pas un sou de plus !"
La petite dame encore vivante ? ... Hum... c'est à voir...
Enfin, bref, la petite dame, pour ne pas supporter de frais à charge au moment où elle se retrouve seule dans la vie avec la moitié des revenus du ménage en moins et quelques museaux barbouillés à nourrir, elle doit donc faire ériger un caveau à UNE place ! (attention , pas deux hein ?) et à cette seule condition elle sera remboursée intégralement.
Ensuite, si elle a l'affront de passer de vie à trépas et d'avoir toujours l'envie d'être inhumée avec son conjoint, alors elle devra faire déplacer le corps du défunt dans un endroit sûr afin de faire ériger (cela se fait agrandir ces choses là ?) un nouvel endroit où il y aura assez place pour contenir deux cercueils !
Bref, cela lui reviendra trois à quatre fois plus cher...
Oui, mais attention, cela lui reviendra plus cher à elle, mais les principes seront respectés ! Les vrais principes bien solides de la réparation intégrale ! Et au principe bien solide de la réparation intégrale on préfère toujours moins que plus ! Tout le préjudice mais rien que le préjudice ! (surtout "rien que...") Donc même si c'est beaucoup plus à l'échelle d'une vie c'est toujours beaucoup moins à l'aune de l'escarcelle d'un assureur !
J'adore les bien gros principes bien solides au nom desquels on les vide précisément de sens...
Finalement, je vais le changer mon billet de la Gaz Pal... je ferais mieux d'y mettre celui du bricatruc, tout bien réfléchi, il serait bien plus pertinent ainsi...
Sur ce, je vais roupiller au dessus de mon cimetière !

mardi 17 novembre 2009

Bienvenue en France ! Un pays merveilleux où les flics ont — absolument — tous les droits !

Identité française : avoir honte de son pays, honte de le voir rabaisser au niveau des plus sombres républiques bannières. Honte de la voir donner des leçons de maintien au reste du monde et de nourrir en son sein des méthodes policières dignes des états totalitaires :

La police a menti sur le motif de la convocation de Caroline Wassermann, qui dénonce des conditions de garde à vue inhumaines.

C'est parce que la police a assuré à son bâtonnier qu'elle avait été convoquée « pour une raison personnelle + que Caroline Wassermann a accepté de se rendre à la PJ de Meaux. Pour vivre une garde à vue musclée. Choquée, fatiguée, l'avocate ne décolère pas :

« Les gardes à vue en France sont un scandale. Les chiens sont mieux traités à la SPA, parce qu'au moins, on leur donne une gamelle. Il faut que cela change, ou alors, il faut cesser de se targuer d'être la patrie des droits de l'homme. +

Le fait que la police l'ait attirée dans un pur piège, allant jusqu'à instrumentaliser Christian Charrière-Bournazel, le bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Paris, n'est pas fait pour atténuer sa volonté de faire du bruit autour de toute cette affaire.
A l'origine des ennuis de l'avocate, un simple appel d'un client potentiel.


L'article, qu'il convient de lire in extenso pour avoir une idée des méthodes de notre loyale maréchaussée est chez rue 89 : L'avocate en garde à vue avait été « piégée + par la police

Oui ! les flics ont TOUS les droits ! Absolument TOUS... jusques et y compris celui de mentir ! Mais rassurez-vous voyons, c'est pour votre bien !

Que c'est beau un état de droit...

lundi 2 novembre 2009

Le 9-3... ou la fable de l'autruche et des rats

La seine-Saint-Denis appartient peut-être au G20, mais je me demande bien pourquoi la volonté politique y semble 20 fois plus timide (ou limitéé aux déclarations d'intentions), au point de nous prendre en otage, nous les Outres-Périphéens, dans la "prison" du dogmatisme politique.

A quelques jours des 20 ans de la chute du mur de Berlin, j'aimerai simplement pouvoir croire encore dans la force des hommes et des femmes, pour casser (encore) d'autres murs mentaux et physiques.


Le 9-3, Le Monde et le Yalta Territorial : avez-vous peur ? — publié le 30 octobre 2009 sur Chroniques, ma banlieue

Quand ils ne font pas l'autruche, les rats quittent le navire...

dimanche 25 octobre 2009

Nos filles, ouvrons leur toutes les portes !

"Par la présente pétition, nous dénonçons les inégalités entre filles et garçons scolarisés en Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) dans l’accès aux internats de leurs lycées.

En France, sur 16 académies, 3412 places d’internats (36%) sont proposées en CPGE aux filles contre 6087 places pour les garçons (64%). Certains lycées ont même choisi de n’héberger que des garçons… Pourquoi accepter cette exclusion parfois systématique des filles ?

Une étudiante discriminée en raison de son sexe est amenée à chercher parmi des logements : moins nombreux, à coût plus élevé, plus distants, souvent tenus par des institutions religieuses (n’offrant pas aux filles les mêmes conditions de laïcité qu’aux garçons dans les internats des lycées publics). Les jeunes filles issues de milieux socialement défavorisés sont particulièrement vulnérables face à cette privation de ressources."


Ouvrons les portes ! Pour un accès des filles à TOUS les internats de prépa

vendredi 26 juin 2009

Ses plus grands champions que la France honore !

Jeannie Longo, nul en France, ne peut rivaliser avec ses titres... Le plus grand champion que la France n'ait jamais connu... Un entrefilet sur la page d'accueil de l'Equipe aujourd'hui, le jour où à 50 ans, elle gagne son 56ème titre de championne de France...

vague entrefilet

Anne-Cécile Fontaine a couru en 24 heures 243,644 kilomètres. Championne du monde la belle mais aussi 3ème place au classement général — et conséquemment mixte. Une très très grande dame... A ce sujet, je vous laisse lire l'article — que ne lui consacre pas — Running Attitude... On y parle d'abord de la performance du champion de France (240,23 km) puis, beaucoup plus loin on y parle des autres et notamment de celle-là. Celle-là dont on se garde bien d'indiquer qu'elle a parcouru, dans le même laps de temps, une plus grande distance que les champions français. On parle de champions voyons ! Pas de championne, ou si peu...

article de Running attitude

mercredi 23 juillet 2008

Quand Harpagon se déguise en Zorro...

...cela donne " le livre blanc des assureurs ".

Pauvres victimes tellement victimes qu'il faut même les défendre contre elles-même... Et même de leur juges, qu'il vaut mieux — dans l'intérêt des premières — évincer des processus indemnitaires !

" Je ne suis pas un numéro " qu'il disait... et bien grâce à eux vous n'allez bientôt plus être réduit qu'à cela... un numéro... et soyez-en bien certains : le plus petit possible !

mardi 1 avril 2008

L'opportuniste pardon du Professeur Job et ceux qui en font des choux gras...

Une dépêche AFP et hop le tour est joué... vous êtes combien à croire désormais que le président de l'association France Hypophyse, le Professeur Job actuellement derrière la barre des prévenus dans le procès de l'hormone de croissance a "demandé pardon" ? Humm ? Tous les médias ont repris l'info en chœur... Les grands quotidiens, les radios nationales... Sur tous les tons, sur toutes les ondes...

Sauf qu'il y a ce qu'"on raconte". Et puis il y a ceux qui étaient là, au procès, quand il paraît qu'il a demandé pardon... et qui peuvent témoigner de ce qui n'est pas de la compassion mais... du mépris.

A la fin de leurs récits, alors que les avocats eux-mêmes s'essuient les yeux (jusque dans les rangs de la défense), les parents, les proches portent une lourde accusation sur le Professeur JOB, essentiellement sur son comportement de praticien, distant, cassant, certains même diront "méprisant".

C'est lui qui peut annoncer à une famille en quelques mots expéditifs :

"Oui, c'est la maladie de Creutzfeldt Jacob, il n'y a pas de traitement, votre enfant va mourir."
En ajoutant : "Qu'attendez vous de moi ?"
et à cette quête des parents "guérir"
cette réponse : "je vais me renseigner".


TROMPERIE AGGRAVEE, par Maître Aline BOYER, avocat honoraire

Mesdames, Messieurs les journalistes... s'il vous plaît... renseignez-vous aussi...

mardi 11 mars 2008

Crever comme un croate...

En France, dorénavant, il ne faut plus dire « crever comme un chien + mais « crever comme un bambin croate +...

Où la France considère que la présence d'un père —et ci-devant seul parent— au chevet de son enfant leucémique n'est pas indispensable... C'est à lire — impérativement ! — chez mon confrère Eolas dont je cite les mots frappés au coin du bon sens :

« Pour qu'un enfant de deux ans meure, il n'est « pas indispensable + que son père, sa seule famille en France, soit là pour lui tenir la main.

C'est en France.

C'est en 2007. +


J'en viens à me dire qu'il faudrait peut-être que les gouvernants de tous les pays étrangers traitent les Français comme nous traitons les étrangers pour que cette machine folle s'arrête enfin...

Pendant ce temps-là, moi, j'ai honte de cette France...

mardi 26 février 2008

Le coefficient de vétusté qu'appliquent aux victimes les CRCI

« Dans notre exemple, celui d’une infection nosocomiale, le préjudice a été diminué parce que la victime était âgée et se trouvait en surcharge pondérale, alors même qu’il n’y avait aucun processus infectieux préalable.

Les CRCI appliquent donc une sorte de « coefficient de fragilité + comparable au coefficient de vétusté que voudraient faire appliquer dans d’autres domaines les compagnies d’assurances. Il est pour le moins paradoxal qu’une grande loi de progrès pour les victimes, comme l’a été le texte du 4 mars 2002 entraîne de telles régressions dans son application pratique. +

Procès ou transaction, une question de choixFrédéric BIBAL - ARPEJ'

les CRCI sont les Commissions régionales de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux des affections iatrogènes et des infections nosocomiales

jeudi 21 février 2008

Ces monstres qu'on vous jette en patûre...

La publication jeudi par le journal Le Parisien d'une liste de 32 criminels sexuels, établie par le ministère de la Justice, censés être concernés par la "rétention de sûreté" imaginée dans un projet de loi en cours d'examen a suscité l'indignation des syndicats de magistrats.La publication d'une liste de criminels indigne les magistrats — Le monde (dépêche Reuter)

Tremblez bonnes gens !!
Ils sont là, ils sont prêts à vous dévorer vous et vos enfants. Ils sont la lie, ils sont infâmes alors on les marque au fer rouge. On vous les livre, eux et leurs ignominies.
Tremblez bonnes gens !!
Ils ont désormais un nom, preuve ultime de leur existence ! Puisqu'on les nomme, c'est dire combien leur menace est redoutable ! La chasse à l'horreur est ouverte !
Tremblez bonnes gens !!
Hurlez avec les loups !!
Et remerciez à genoux la sainte qui vient dresser un rempart entre eux et vous !

Madame le Garde des sceaux... vous me faites vomir !

vendredi 15 février 2008

18 % de banlieusards et 82 % de donneurs de leçons...

« Convaincues qu'une nouvelle flambée de violence est possible dans les quartiers défavorisés, les personnes interrogées mettent d'abord en cause la démission des parents. "Banlieues : les Français réclament plus d'autoritéLe Figaro - 06/02/2008

Mais dites-moi, ces quatre-vingt-deux pour cent, sont-ils les mêmes que ceux qui ne s'offusquent pas qu'un Momamed entré OS à 17 ans ne parviendra pas même contremaître au moment de liquider sa retraite ? Ces quatre-vingt-deux pour cent se posent-ils parfois la question de savoir comment a fonctionné l'ascenseur social pour ces parents qu'on suppose "démissionnaires" ? Ces 82 pour cent, s'interrogent-ils parfois sur la capillarité du mépris ? Ces quatre-vingt-deux pour cent, se posent-il parfois la question que moi je me pose : N'est-il pas parfois un peu facile de demander à des enfants de respecter des parents que la société n'a pas respectés... et comment peut-on leur demander d'être aveugle à l'image qu'on leur renvoie de leurs parents ?

Ces quatre-vingt-deux pour cent ont-il la moindre idée de ce que sont les écoles dans ces banlieues ? Si si ! on leur a fait des Z.E.P... Vous pensez bien, chez nous l'école de la République c'est l'école pour tous ! Oui... tous mes enfants sont scolarisés en Z.E.P... sauf que dans le 9-3 il n'y a pas -du tout - assez d'enseignants, Alors en Z.E.P. quand l'enseignant est absent (ce qui survient parfois et nul ne saurait leur en tenir rigueur) et bien n'escomptez qu'il sera remplacé... ou alors au prix d'un harcèlement (fax, téléphone, e-mail tout y passe...) presque indécent auprès d'une Inspection Académique qui joue aux chaises musicales...

Ces quatre-vingt-deux pour cent, savent-ils que dans ces banlieues-là, on ne se soigne pas comme dans le reste de la République ?

Ces quatre-vingt-deux pour cent, savent-ils que dans ces banlieues-là, on manque pas seulement d'autorité d'enseignants, de médecins mais peut-être surtout de dignité....

Ces quatre-vingt-deux pour cent vous me faites penser à des rats qui quittent le navire lorsqu'il est trop mal en point... avant d'accuser les parents d'être démissionnaires...

Alors, s'il vous plaît, ces quatre-vingt-deux pour cent, arrêtez de souffler sur la braise en culpabilisant des parents qui font du mieux qu'ils peuvent et ... aidez-les !

Et oui... quand je lis ce genre de conneries, je vois rouge !

lundi 4 février 2008

Le très nauséeux "euro symbolique"

Des feuilles qui jonchent ma couette...
Elle en est recouverte. Un entier dossier étalé, un monde sur lequel je règne... où les lettres et les chiffres sont mes sujets.
Foin de mon autorité, ils ne m'obéissent pas...
Le VAIO sur les genoux je les condamne : qui aura la vie sauve, qui disparaîtra...
En une phrase je réduis 10 pages à un chiffre.
En deux mots, un bout de papier en vaudra des milliers...
J'aimerai parfois les pulvériser, les faire voler, leur rendre leur liberté...

Des feuilles qui jonchent ma couette...
Un entier dossier bien plus précieux que tous les chiffres auxquels je le réduirai.
Une vie sous mes yeux. Peut-être certains penseront ce qu'il en reste...
Une vie où se capitalisent les fauteuils roulants.
Une vie où l'on soupèse la conscience que l'on a de ses propres maux.

Et moi je les étriperai bien tous ceux qui la morale en bandoulière et l'œil larmoyant vous toise de toute leur hauteur lorsqu'il est question d'argent !
« Voyons voyons voyons ! l'euro symbolique c'est tellement plus digne pour une victime ! +
Je t'en foutrai de la dignité moi...
Et comment on lui change sa couche à la très digne victime ?
A moi, il me semble que la dignité c'est d'abord d'avoir les moyens de ne pas avoir à quémander de l'aide...

Des feuilles qui jonchent ma couette.
Et le bruit du clavier qui vient rythmer ce stupéfiant Tartini que je viens de découvrir...
Des chiffres, des chiffres... Au centimes près, je n'oublierai rien !
Et sans complexe qui plus est !
Des feuilles qui jonchent ma couette...
Vite, je file m'y remettre...

mardi 22 janvier 2008

Le JUDEVI où comment la poudre de perlinpinpin empoisonne le droit des victimes...

"Il est demandé, poursuit l'avocate, au juge délégué aux victimes, président du tribunal correctionnel statuant après renvoi sur intérêts civils, de reconnaître que ses deux qualités fonctionnelles portent atteinte au droit de chaque justiciable à un procès équitable ; en conséquence il lui appartient de s'abstenir."

Une avocate de Mâcon récuse l'impartialité du juge des victimesLeMonde.fr, 22.01.08

Je me marre... mais je me marre...

vendredi 28 décembre 2007

Vicieuse procédure ou vice de procédure ?

« (...) aucun d'entre eux n'a été reçu à l'examen-concours qui permet aux professionnels titulaires d'un diplôme étranger (hors Union européenne) d'obtenir le même statut que les Français (...)

c'est sur l'épreuve de français, (...) qu'ils ont été sanctionnés, leurs résultats oscillant de 0,5 sur 20 à 6 sur 20, note éliminatoire.

Originaires du Maghreb, du Liban ou d'Afrique de l'ouest francophone, la plupart ont une parfaite maîtrise du français. Ils ont effectué leur cursus universitaire en français. Nombre d'entre eux ont validé leur spécialisation en France, où ils enseignent et exercent depuis plusieurs années. Certains sont aujourd'hui français.
Eliminés à l'épreuve de français, 194 dentistes diplômés à l'étranger saisissent les autorités pour discriminationLe Monde 28 décembre 2007+

Je crois que le plus surprenant dans cette histoire c'est la réponse du Cabinet de Madame Bachelot ! "L'administration a constaté qu'un vice de procédure avait entaché le déroulement des épreuves pour la spécialité "chirurgie dentaire" et en a donc tiré les conséquences en annulant les épreuves"...

Madame Bachelot, voyons ! Expliquez-nous donc de quoi ce vice est fait !

mardi 11 décembre 2007

Sarko, Khadafi : une jolie poignée de main pour un 59ème anniversaire, non ?

Hier, c'était le 10 décembre 2007
C'était la journée internationale des droits de l'homme !
Vous le saviez ?
Non, c'est drôle en France on en a peu parlé
De cette journée qui marque le 60ème 59ème (!) anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme.
Et pendant ce temps, toujours en France (c'est le même pays où elle a été adopté cette fichue déclaration),
Sarkozy reçoit Kadhafi à l'Elysée...
Il parlait de signer des contrats juteux le Sarko...
Il repart la queue basse avec dans sa besace des promesses de négociations.
Real Politic, il appelle cela je crois (mais je ne n'en suis pas bien certaine)
Moi je crois j'aime pas bien que la France se déculotte de la sorte...
Pays des droits de l'Homme, non c'est vrai, c'est fini...

lundi 10 décembre 2007

Le billet spécialement dédié à celle qui minaudait devant les mâles en gloussant que le féminisme était vulgaire...

L’équipe de France féminine de handball dispute le mondial qui se déroule en France dans l’indifférence générale. Il faut dire que ce sport rapporte peu, et que des femmes sont en compétition...
L'observatoire des inégalités

L’égalité de salaire entre les sexes d’ici deux ans, on en rêverait. Mais l’écart de salaire entre les femmes et hommes s’est stabilisé depuis une dizaine d’années autour de 25 %.
Clair & Net, OFCE

Et tout cela via l'excellent rezo.net



Et qu'on n'y voit pas forme de mysandrie de ma part... si lesdits mâles semblaient sensibles aux afféteries d'icelle, une étincelle dans leur regard me laissait à penser qu'ils y voyaient aussi une grue...

mardi 27 novembre 2007

Poudre, paillettes et ignorance... Dati et cie...

La seconde partie de la loi, amendée, porte sur le jugement des irresponsables. Le projet n'est plus relatif à la "culpabilité civile" – notion qui laissait perplexes les juristes – mais "à la constatation de l'irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental". Le gouvernement maintient la suppression du terme de non-lieu pour irresponsabilité, que le Conseil d'Etat avait rétabli.

Les juges d'instruction rendront des "ordonnances d'irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental". La chambre de l'instruction, saisie par le juge, le parquet ou la partie civile, pourra déclarer qu'"il existe des charges suffisantes contre la personne d'avoir commis des faits qui lui sont reprochés", avant de prononcer l'irresponsabilité pénale. — Le Monde, Le gouvernement renonce à la culpabilité civile des malades mentaux


On ne frise plus le ridicule, on s'en repaît...

Sarko, Dati et les victimes : après le JUDEVI, le jugement d'irresponsabilité pénale
ou comment encombrer les magistrats de procédures parasites au nom du sacro-saint intérêt supérieur des victimes


Dites-moi les deux Jourdain du droit des victimes... au lieu d'encombrer nos magistrats de procédures ineptes et stupides qui n'ont d'autres desseins que de jeter de la poudre aux yeux ( les obligeant ainsi à laisser de coté leurs véritables activités juridictionnelles qui, elles, profitent réellement aux victimes) vous pourriez peut-être suivre quelques formations : l'EFB et l'ENM en dispense de bonne facture... je pense que l'on devrait pouvoir vous dégoter une place ou deux...

vendredi 12 octobre 2007

la méthode de la discorde...

« Le Conseil National des Barreaux, représentant la profession d’avocat, a appris avec surprise qu’avant toute nouvelle réunion du Conseil Consultatif solennellement mis en place le 27 juin dernier, et sans qu’aient été rendus publics les rapports demandés aux Chefs de Cours, Madame le garde des Sceaux envisage de dévoiler sa réforme de la carte judiciaire à l’occasion d’un « Tour de France » des Cours d’Appel.

Il constate et déplore que cette méthode, contraire à celle qui avait été annoncée, tend à imposer une réforme élaborée sans réelle concertation. »

C'est devenu un sport national de prendre les gens pour des cons ?

vendredi 16 février 2007

De qui se moque-t'on en évinçant Monsieur Alain Duhamel ?

Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen
26 août 1789

Article 10 : Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.



Mais où avez-vous donc la tête France Télévisions, RTL ? En avez-vous une seulement ?

Vous faites offense à la démocratie en oubliant aussi facilement des principes aussi essentiels !

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions...
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions...
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions...
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions...
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions...
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions...



Il faudra vous le dire combien de fois pour que en compreniez le sens ? Avouez que c'est assez ennuyeux lorsqu'il s'agit d'organes d'informations...

mercredi 7 février 2007

Récidive : « Toujours aussi coupable ! +

mercredi 31 janvier 2007

Ignominie et guillotine...

« Par deux amendements, plusieurs parlementaires ont tenté un combat d'arrière-garde pour empêcher la France d'abolir définitivement la peine de mort, en ratifiant des conventions internationales interdisant un retour en arrière unilatéral. 25 ans après, on en est presque à refaire le débat pour ou contre la peine de mort. »

dérapages sur la guillotineAutheuil

Certaines turpitudes me glacent le sang...

- page 1 de 4