Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

De bric en vrac

Ce qui n'entre pas dans les autres catégories...

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 29 avril 2017

Drakkar, souffre et lutins

photo là
 
Le drakkar de la baie de Reykjavik - Islande

 

Sentir son coeur battre de s’envoler un temps. Retrouver ce bleu, ce gris, et aussi cette glace qui risque de n’être pas très loin. Retrouver le souffre qui, parfois impérieux vous pince les narines, parfois facétieux se dissimile dans les saveurs d’un verre d’eau. Retrouver ces gens qui vous disent bonjour les yeux dans les yeux.

Prendre le temps de voir ces fjords qu’une roue crevée avait détourné de nos regards. Emprunter ces chemins sinueux et venteux qui ne s’ouvrent à vous que si vous leur en concédez le temps. Les kilomètres y sont plus longs que la multiplication par mille du mètre étalon ; peut-être pour permettre aux lutins de se cacher dans ses invisibles replis. Craindre un torrent sorti de son lit. Chercher les sources chaudes et s’y plonger. Et puis raconter à son carnet de voyage ces plaisirs rares dont on espère ainsi prolonger la magie.

Partir. Mais surtout vivre.

vendredi 23 décembre 2016

50 ans moins 10 minutes...

et Franck était là pour immortaliser ce moment !

Je..........
Je………., oct. 2016

Un grand merci à lui pour ces magnifiques photos, un grand merci à vous d’avoir été là !

C'est bien d'être avec vous !!!
C’est bien d’être avec vous !!!, oct. 2016

Et de m’avoir tant gâtée !

Rhôôôôôô !
Rhôôôôôô !, oct. 2016

 

mercredi 7 janvier 2015

Je suis Charlie

Mahomet homo

mardi 9 décembre 2014

Ouvrir les yeux... et son cœur avec eux.

Le plus frappant chez ceux qui sont persuadés qu’un enfant élevé par des parents homo est nécessairement en danger (puisque déséquilibré par principe) c’est qu’ils n’ont jamais fréquenté de famille homo… jamais vu de près ces enfants (et pour certains même jamais élevé le moindre marmot !). La force de leur préjugé devient un espèce de dogme que plus rien ne transperce… Souhaitons pour l’apaisement de tous qu’ils jettent un œil sur ce tumblr, et surtout, surtout qu’ils voient ces enfants grandir… qu’année après année, enfant, ado et puis adulte ils regardent ces êtres aimés devenir des humains… Et je gage qu’ils gagneront beaucoup en humanité eux-aussi… 

mercredi 30 octobre 2013

Comment j'ai rajeuni d'une année sans crème anti-ride et sans photoshop

Ce matin, je me suis réveillée tard, deux chats contre moi et toujours étonnée de roupiller autant dans ma maison axonaise. Pour tout vous dire j’avais totalement oublié que j’avais 47 ans aujourd’hui. Un coup d’œil sur mon iphone qui m’annonçait quelques dizaines de message facebook me souhaitant un bon anniversaire m’a vite ouvert les yeux. Alors il m’est revenu une anecdote assez drôle que j’ai eu envie de partager :
Depuis toujours, je prête assez peu d’importance aux dates d’anniversaire, il est arrivé régulièrement d’oublier le mien (et donc celui de ma zomozygote) et je dois confesser que je ne sais pas non plus toujours l’âge que j’ai. Parfois je suis obligée de réfléchir pour trouver le bon…
Il y a deux ou trois ans, j’avais 44 ans exactement. Je m’approchais de mes 45 ans, ou peut-être les avais-je déjà dépassé de quelques jours, voire d’un mois ou deux. Un jour, je m’exclame tout haut “Rhââ à 45 ans, je suis toujours infoutue de…” (de faire correctement une multitude de choses, tant et si bien qu’aujourd’hui je ne sais plus laquelle). Bref, je dis à voix haute que j’ai 45 ans.
Incontinent, Tarquinou m’interpelle : “Maman, tu n’as pas 45 ans mais 46 ans…
Ah bon ? Je réfléchis une minute… et comme je me souviens avoir fêté mon anniversaire il n’y a pas très longtemps, j’en conclus que je me suis encore plantée dans mon âge et je crois sur parole ce petit bonhomme qui doit avoir une bien meilleure mémoire des dates que moi-même…
Et donc pendant les 7 ou 8 mois suivants je me suis désormais exclamée tout haute : “Rhââ à 46 ans, je suis toujours infoutue de…
Jusqu’au jour où j’ai prononcé des paroles devant quelqu’un qui suivait mieux le compte du temps que moi-même et qui m’a immédiatement interrompu pour me signaler que je n’avais pas 46 ans mais 45 ans… Hein ? Ah Bon ? Tu es sûr ? Et moi de compter les années qui me sépare de l’année 1966… Ah oui ! j’ai 45 ans !!!! Et voilà comment j’ai eu l’immense surprise de rajeunir d’une année !
Tarquinou était tellement content de son bon tour qu’il s’obstine à chacun de mes anniversaires de me convaincre que j’ai — en réalité — une année de plus… Alors pour lui faire plaisir et aussi parce que je ne veux pas avoir peur du temps du passe, je fais semblant de le croire… Bref, j’en finis par être un peu perdue avec mon âge…


vendredi 17 mai 2013

Et la vie continue...

  • Ne plus jamais... JAMAIS... livrer l'adresse de ces lieux. Y écrire en toute liberté est décidément la seule façon d'en préserver l'envie.
  • Faire de grands sourires à mon Tarquinou qui n'avait de cesse de souligner "ma petite mine".
  • Détricoter la paire de chaussettes quasiment achevée.
  • Hanter les chemins de traverse où j'aime cavaler. Y respirer le grand air.
  • Profiter du souffle, il retombera bien assez tôt !

lundi 13 mai 2013

Petit sexisme ordinaire à Saint-Ouen : le Blog Notre Saint-Ouen

Il se court tous les ans à Saint-Ouen une course sans prétention qui se nomme la vivicittà. Et bien figurez-vous qu’il s’y passe, pour ce 21ème siècle, un évènement EXTRAORDINAIRE : les femmes y prennent le départ. Et encore PLUS EXTRAORDINAIRE, elles montent même sur les podiums… Fou hein ? Tellement surprenant qu’il se trouve encore des hommes de cro-magnon qui l’ignorent parfaitement et qui persistent tout à fait délibérément dans leur aveuglement puisqu’ils ne répondent, pas plus qu’ils ne publient les commentaires s’étonnant de leur cécité :

Un grand bravo aux champions du blog audonien : “NOTRE SAINT-OUEN”
qui publient une photographie puant de testostérone et qui ne prennent même pas le soin de signaler que les femmes montent AUSSI sur les podiums !
Je précise quand-même qu’avant de publier ce billet et ce depuis plus d’un mois, j’ai signalé en commentaire que son contenu me semblait pour le moins sexiste… la modération a considéré qu’il ne méritait pas d’être publié…

lundi 24 septembre 2012

9 - oui, juste 9. Chiffre ou adjectif, c'est au choix....

La reine des Pommes c’est moi ! D’abord j’écoute Pergolèse. Je ne devrais pas écouter cela ! Pas aujourd’hui. Le Stabat Mater c’est triste ! En plus je l’ai écouté en concert à Bruges. Et avec un autre homme que lui *. Et c’était drôlement chouette. Je suis une abrutie. Et de le savoir ne me console pas. J’ai envie qu’on m’aime, j’en ai vraiment envie hein ! Et qu’on m’aime vraiment en plus ! Et moi je vois bien qu’en dépit de toutes mes gesticulations, je reste — pour lui — une espèce d’objet de haine intrinsèque. Le truc contre lequel on peut pas se battre ! Même pas moi avec mon caractère de cochon et mon corps de catcheuse ! Au tapis la Rélie… Je ne suis pas tout à fait dupe remarquez ! Ni de mon aveuglement ni de mes propres travers. Aller dans le mur est l’une de mes grandes spécialités. Avec d’ailleurs une obstination qui confine à la monomanie. Parce qu’en plus je suis dans le genre pugnace ! Vous me lâchez sur une proie et je suis plus tenace qu’un chien de vénerie. Un souffle d’athlète et une mâchoire de Pit-bull. Je pourrais ajouter le cerveau d’un lombric aussi… Et oui, cela peut emmener loin des qualités pareilles. Le problème c’est que ce n’est pas forcément dans la bonne direction. Et cela fait neuf ans que cela dure. Et de ces neuf années, je n’en ai tiré aucun enseignement. Si ce n’est de réussir à me marrer et à pleurer en même temps. C’est pas si mal ! Bref cela fait neuf ans* aujourd’hui que je suis veuve et j’écoute Pergolèse en pensant à quelqu’un que j’aimerai bien détester pour de bon. Il y a pire dans la vie. Il y a mieux aussi. Bon si un prince charmant aussi suicidaire que persévérant lit ces lignes, il est prié de passer son chemin sans ralentir !!

 
* {disclaimer} ne lisez pas ce(s) billet(s) si vous ne voulez pas plomber votre journée ! {/disclaimer}

 

dimanche 23 septembre 2012

Les rideaux et ce qu'ils cachent parfois

Il faut vraiment que je change la couleur des rideaux.
C'est urgent.
Et puis revenir céans.
Ne plus craindre d'écrire.
Faire comme si l'on ne me lisait plus. Ce qui n'est pas loin de la vérité et c'est tant mieux.
Ne plus faire semblant de ne pas regretter le passé.
Quand je savais que j'étais heureuse.
Cette certitude là valait un sacré pesant d'or.
Je ne suis pourtant pas à plaindre, je le sais bien.
Les enfants grandissent plutôt bien et Azerty barbouille de couleurs nos vies.
Je ne pleure pas non plus en allant travailler le matin.
Pour le reste... bah on va s'attacher à changer la couleur des rideaux.
Ce sera déjà chouette !



vendredi 6 juillet 2012

Amazon et les traducs....

Powerball Juste quand vous pensiez que vous pourriez faire mieux ... Après des années de planification minutieuse, RPM Sports a mis au point un révolutionnaire nouveau Powerball Autostart. Une autonomie complète, pas de canal est nécessaire pour amorcer le virage - Il suffit de retirer le rotor et le spin! Offrant la même qualité de construction superlative que d'autres dans la gamme de 250 Hz Powerball Autostart l'avantage supplémentaire d'être très mobile et peut facilement être exploité par une personne - sans condition, le pouce ne démarre pas, aucun film commence ... que le vent et de laisser aller pour un départ parfait à chaque fois! 250Hz Le dernier modèle peut être utilisé pour la force, la formation, la réhabilitation et de remise en forme, ainsi que les demandes pour un programme de formation pour les excellentes dispositions prises pour les musiciens. Nous sommes autorisés Powerball distributeurs, vous pouvez acheter en toute confiance.

Faites travailler votre poignet une séance d'entraînement avec le Powerball! Cet exercice fait boule de spin fun, tonifier les bras et les poignets et les épaules de se détendre fatigué. Sérieusement dépendance Il s'agit d'un moyen de devenir plus fort et de l'exercice!

Amazon.fr - Powerball 250 Hz Pro

Une chose est certaine quand on a finit d'avaler cette soupe on ne se sent vraiment pas en forme...

dimanche 24 juin 2012

Délicieuses lignes de Jacques Vergès...

La lettre de Jacques Vergès déclinant l'offre de figurer au Who's Who :

Jacques Vergès,
Avocat à la Cour,
Paris, le 1er mars 1990,

Madame,
Je reçois votre invitation et vous en remercie vivement.
Malheureusement, je dois la décliner car je ne pourrais supporter longtemps le voisinage de la moitié des occupants de votre annuaire qui représentent tout ce que j'abhorre en ce siècle : la culture de l'énarque, l'élégance du parvenu et la morale du faussaire, tous humanistes.
Avec mes regrets.
Jacques Vergès

Le Salaud Lumineux, conversations avec Jean-Louis REMILLEUX, Michel Lafon, 1990

mercredi 6 juin 2012

Au secours, j'élève trois psychopathes !

Je suis écroulée de rire — pardonnez-moi je sais que je devrais pleurer mais un psy qui fantasme à ce point cela me fait rire :

"Le Canadien [Magnotta] est-il le fruit d'une génération prête à tout pour accéder à la notoriété, y compris entrer dans les annales des crimes les plus ignobles? Pour Jean-Pierre Bouchard, «plus on éduque mal les enfants, plus la société est laxiste avec une répression pénale absente, et plus on favorise le développement de ces personnalités.» Inquiétant. — Le délicat profil des criminels psychopathesle figaro.fr santé

Un psy en plein fantasme... un journaliste qui nous plante la conclusion sans vérifier une seconde ses sources et le mot final, grandiose, qui nous fait trembler !

"La société laxiste avec les enfants..." le grand fantasme de la droite, qu'elle agite à chaque élection, à chaque fait divers, à chaque pet de travers et quand elle a rien à dire...

Et oh, ouvrez les yeux ! La société n'a jamais été aussi exigeante avec les gamins qu'en ce moment ! Entre les attentes de leurs parents, le rouleau compresseur d'un système éducatif fondé sur élimination et non la réalisation , et un quinquennat où Justice et racaille ont été désignées comme bouc émissaire des grands maux de la France c'est pas des mômes qu'on a : ce sont de puissants délinquants en puissance dont la nuisance justifie que l'on bouleverse l'ordre des lois et de l'appareil carcéral pour réussir à les contenir...

Je rêve...la société laxiste avec les enfants... On a au moins aujourd’hui la preuve que certains psy ne connaissent pas le monde dans lequel ils vivent...

mardi 5 juin 2012

Le diesel : 42.000 morts et moi et moi et moi !

Les morts, plus y en a, mieux c'est !
Experts de tout poil, journaleux, associations émérites de défense des vivants, tous y vont à la louche ! Plus il y aura de morts, plus d'oreilles se tendront pour les entendre !
Alors ne soyons pas chiche !
Le chiffre du jour c'est 42.000 morts : voilà très exactement le nombre de morts fauchés en une année par le diesel ! Notez bien hein ? Le diesel seulement. Et rien d'autre ! Pas l'essence ni la pollution, juste le diesel !
C'est un "expert" qui le clame dans le Parisien libéré (je n'ai pas lu l'article mais comme tous les médias reprennent le chiffre les yeux fermés je leur fais confiance...). Un expert en automobile, même ! (pas en santé publique ou en statistique, non...) C'est monsieur Bruno Guibeaud, le président d'Europe Qualité Expertise (EQE) (dont le site mal fichu n'apporte pas beaucoup de gage de compétence en mortologie) qui le dit paraît-il.
Comprenez-bien : je suis tout à fait persuadée que le diesel c'est très mal !
C'est juste que 42.000 morts c'est quand-même 10 fois le nombre de tués sur les routes chaque année. C'est juste un tiers de moins que ceux qui sont victimes du tabagisme. Bref, c'est énorme, c'est gigantesque.
C'est exactement 15 fois le nombre de morts attribués chaque année à la pollution toutes causes confondues !
Vous vous rendez-compte ? Vous peut-être mais Google non : aucune étude proprement dite ne m'a éclairée sur ce décompte morbide. Alors j'ai lu un peu les médias pour savoir comment ils mourraient tous ces gens. Et bien principalement de cancer du poumon si j'ai bien suivi. De cancer du poumon et de pathologies respiratoires en général.
Oui, sauf que 90 % de la morbidité liée au cancer du poumon et aux pathologie respiratoires, sont déjà attribuée au tabac ! Et si j'en crois les statistiques de l'insee en 2009 (je n'ai pas trouvé les années suivantes) il y a eu cette année-là :
- 23 453 30 882morts liées aux tumeurs du larynx, trachée, bronches et poumon
- 17 654 33 861morts liées aux maladies de l’appareil respiratoire
Soit un total de 41.107 64.743 morts dont 90 % sont attribués au tabac... il reste 4110 6.474 pour le diesel (sans compter que les autres causes de pollution, comme l'essence ou les fumées industrielles ne font désormais plus de mal à personne dans mon calcul !)
Bref, monsieur Bruno Guibeaud, je veux bien que m'expliquiez votre calcul !
Parce que vous comprenez, que le diesel soit très dangereux je n'en doute pas, qu'il soit mille fois (voire bien davantage en comparant leur morbidité respective !) plus dangereux que l'essence, j'en suis déjà moins certaine si j'en crois les avis partagés qui fleurissent sur la toile, mais qu'il absorbe à lui seul la totalité des décès liés aux tumeurs et maladies de l'appareil respiratoires cela me semble un poil surprenant.
Figurez-vous qu'il y a même qui sous-entendent que certains lobbies font tout ce qu'ils peuvent pour voir le diesel disparaître au profit de l'essence pour des raisons qui tiennent moins à la santé publique qu'à de basses raisons économiques, bref le diesel semble être un parfait carburant nous faire voyager de Charybde vers Scylla plutôt que vers la terre ferme...
Alors si vous pouviez dans le même temps faire l'économie de mon porte-monnaie et celle de nos trépassés, je vous en saurais gré éternellement !

Edit du 13 juin 2012
Une commentatrice attentive me fait remarquer avec justesse que je n'ai considéré, dans les chiffres de l'INSEE 2009 que la colonne des hommes et non les totaux ! Honte à moi !
J'effectue donc les rectifications qui s'imposent. Cependant, même en doublant les chiffres, le raisonnement reste le même :

- Tumeurs du larynx, trachée, bronches et poumon : 30 882 morts
- Maladies de l’appareil respiratoire : 33 861morts
Total : 64.743 morts
dont 10 % serait dû à un autre cause que le tabac : 6.474 décès.

On reste très loin des 42.000 morts (et on oublie la mortalité de l'amiante, de la pollution, des fumées etc...)

lundi 14 mai 2012

Cannes... son festival des tâches et détritus...

On savait déjà que Cannes et son festival était un repère de misogynes.

Dorénavant, on ne pourra plus ignorer qu'il n'y a pas qu'il n'y a pas que l'ouverture d'esprit qui y soit encrassée : son littoral l'est aussi gravement...


(et le festival des horreurs se poursuit là)

jeudi 10 mai 2012

Si madame Anne-Laure Lafaye lit ce message...

Sur la porte vitrée d'une boutique de Venise il y avait un message personnel. J'ai pensé que peut-être internet pourrait l'aider à trouver sa destinataire... 

message sur une vitre

Legatoria Piazzesi

samedi 24 mars 2012

Quand la minute ne peut plus être silencieuse, il est bon que des voix s'élèvent ; Madame Jeannette Bougrab, moi, femme de gauche, je vous remercie.

Tarquinette a découvert en fréquentant le collège de notre quartier qu'elle n'était qu'une "sale blanche".

Alors je lui explique combien le racisme est condamnable, quelqu'en soit celui qui en souffre. Et je rajoute à des fins de prévention que ce n'est pas parce qu'un conducteur commet une faute de conduite que cela nous dispense de respecter le code de la route à son profit... Elle comprend : souffrir du racisme ne justifie pas d'être raciste. Et inversement...

Tarquinette est revenue du collège il y a trois jours singulièrement dépitée. Ses professeurs ont demandé que soit observée une minute de silence en souvenir de ceux — tous ceux — qui étaient morts sous les balles de Mohamed Merah.

De silence, il n'y a pas eu. Parce qu'une bonne moitié des élèves du collège — et même un surveillant — ont trouvé que c'était inconvenant.

Parce que "Nous, quand les palestiniens ils meurent, on ne fait pas de minute de silence."

Parce que "Alors, pourquoi on en ferait pour des juifs ?"

Parce que "Kamel, lui, il est bien mort" (je ne sais qui est Kamel...)

Alors Tarquinette est revenue furieuse à la maison, " tu comprends Maman : c'étaient des enfants en plus ! Comme si ils pouvaient être responsables de cela ! "  Elle parlait des victimes. Pas des collégiens. Quant aux militaires morts, tout le monde s'en foutait, ils ne faisaient visiblement pas partie du conflit...

Elle était furieuse et moi atterrée. J'ai vu ma ville changer de climat année après année... Comme si j'étais la seule à le voir. Comme s'il fallait se taire, le racisme, non ! pas ici ! Surtout pas ici. Et la piscine qui s'est vidée des femmes qui la fréquentaient auparavant ! Non, j'ai dû rêver ! Les voiles qui se sont multipliées et ceux longs, sombres et parfois occultant sont arborés en signe de rébellion et de résistance, tout cela doit être le résultat de mon imagination...

N'en parlons pas. Surtout en période électorale, cela profiterait à "vous savez qui "...

On peut choisir de se taire. Oui, mais on peut aussi donner librement son point de vue.

Au lieu de pourrir le silence des autres, ce serait bien qu'on en parle non ?

Jeannette Bougrab, Secrétaire d'État à la Jeunesse et à la Vie associative : "Ceux qui accusent la France d’islamophobie nous empêchent de voir l’obscurantisme qui gangrène notre pays"

samedi 4 février 2012

Quand je rêve que l'Ordre des avocats de Paris s'inspire des Anonymous...

... parce qu'en matière de communication, je crois qu'ils ont un bon siècle d'écart :

Les seconds ont non seulement les pieds dans le 21ème siècle mais tournent résolument les yeux vers l'avenir.

Les premiers nous balancent des clichés d'un sexisme —sans même sembler sans apercevoir ! — qui date d'un autre siècle...

colloque_8_mars.jpg

Et si je me garde bien d'aborder le fond, je regrette cependant que ce soient ceux qui sont masqués qui parlent si habilement de la défense des libertés quand ceux qui portent la robe se discréditent et nuisent tant à l'image des femmes...

samedi 28 janvier 2012

La plus épaisse des grossièretés porte désormais une signature : celle de Marie Sigaud... et un mentor : le nouvel Obs !

Je n'imaginais pas qu'en France au 21ème siècle une femme se prétendant journaliste et chroniqueuse puisse écrire de tels immondices... Il est assez rare de pouvoir admirer dans un même torchon autant de clichés que de fiel si intimement mêlés - et n'attendez pas de moi que je vous explique pourquoi : de toute la taille de mon 38, il me semble inconcevable qu'au 21ème siècle l'on doive en décrire les relents par le menu pour en saisir le remugle...

Qu'une femme souffrant manifestement de sa propre image (et à mon sens de façon pathologique compte tenu de la pestilence des propos) ne supporte pas (cela la révulse...) que sa séduction soit mise en concurrence avec celles qu'elles considère comme inconditionnellement plus laides qu'elles (admirons le "dès qu'un homme a le choix il préfère être vu en compagnie d'une femme mince") n'est révélateur que de sa propre solitude (aurait-elle vraiment le même discours si elle se sentait profondément aimée pour elle-même plutôt que pour l'image qu'elle s'est forgée ? je ne le pense pas) .

Qu'en revanche un site comme le Nouvel Obs publie de tels propos —édités par une Gaëlle-Marie Zimmerman— dans le dessein manifeste de créer un "buzz" (notons l'accroche empreinte d'une rare provocation : "selon notre contributrice Marie Sigaud, si certaines femmes dépassent la taille 44, c'est simplement parce qu'elles s'alimentent trop. Et voir des grosses bouger sur un écran, elle ne le supporte pas." ) ne laisse de me faire réfléchir sur ce qu'est devenu ce journal dont il faut quand même se rappeler qu'il fût fondé par d'anciens résistants...

Madame Sigaud, je vous félicite, c'est avec un art consommé que vous avez étalé l'étendue de votre noirceur et de vos frustrations, avec même un tel brio que je parie (sans parvenir pourtant à être aussi haineuse que vous même) que ce n'est pas tout à fait demain que l'on vous confiera les nouvelles collaborations que vous appeliez de vos vœux...

Mais dans cette revendication de la bêtise que vous avez si piètrement signée, il ne faudrait pas non plus oublier celui qui s'est pourléché les babines en vous tendant le micro... Je ne pensais pas que le nouvel Obs se vautrait désormais dans la merde... Je me trompais.

mardi 13 décembre 2011

Monsieur Durand-Souffland, l'homme qui qui a fait de moi une fidèle du Figaro...

Vous êtes juré aux assises de l'Ain. Vous venez d'apprendre que si l'altération du discernement est très importante elle vaut abolition. Vous avez compris que les psychiatres, censés vous éclairer, ont éteint la lumière en sortant. Et vous vous sentez soudain très fatigué, sans doute un peu effrayé, abandonné à vous-même dans le noir d'un crime.

Procès Valentin : les experts se contredisent à la barre

Monsieur Stéphane Durand-Souffland : la plus belle plume en direct des prétoires.

Et ne me parlez pas de la Robert-Diard du Monde dont la plume trahit non seulement les débats (notamment ceux du procès de l'Hormone dans des largeurs scandaleuses) mais qui manque tellement d'imagination qu'elle s'abâtardit à me piquer des billets...


jeudi 17 novembre 2011

Liens en vrac

samedi 9 octobre 2010

#ainsivamavie

J-1 : Je remplis méthodiquement un formulaire en ligne. Depuis le temps que je collectionne les inscriptions, je ne perds pas de temps, non je ne suis pas licenciée et ne cours pas sous la raison de mon entreprise.

Mais sous mon état civil *, le nom de mon club (facultatif) et la taille de mes tee-shirt ([M], Tarquinet va être content), il y a deux champs obligatoires "En cas d'urgence personne à contacter". 

J'ai considéré ces deux champs obligatoires (nom* & numéro de téléphone*) les plus froidement possible. Foin d'émotions, raisonnons : Qui prévenir ? Et comme décidément rien ne venait, j'ai pleuré.

J-3 :

  • - Tarquinou, que fais-tu là ? Il est 3 heures du matin !
  • - Maman, je n'arrive pas à dormir.
  • - Oh tu as fait un cauchemar mon amour ?
  • - Non, Maman. J'ai peur que tu meurs.
  • - (...) [ long silence suivi d'une tentative d'argumentation rassurante ]

J-2 : [même scène, même lieu, mêmes personnages]

J-1 au soir

  • - Maman ? Papa me manque...
  • - Oui, Tarquinou il me manque aussi, mais la vie continue tu sais bien.
  • - Oui, Maman.
  • - Dis Maman ? Tu pourrais te remarier tu sais.
  • - Oui Tarquinou (et comme je ne savais pas quoi lui dire d'autre, je n'ai rien ajouté)[1]

J-1 au coucher :

  • - Tarquinou ? Mais que fais-tu dans le lit de Tarquinet ? Tu ne vas pas bien dormir. Vous êtes trop à l'étroit.
  • - Mais non Maman, laisse-le. Quand il dort avec moi il ne se réveille plus la nuit.
  • (...) Oui, tu as raison Tarquinet. (...) Je vous aime très fort mes enfants.
J-0 au matin
  • - Tarquinet, toujours partant ?
  • - Oui, Maman !
  • - Bon on ne part trop vite ok ? On s'arrêtera de toute façon et on repartira ensuite.
  • - Ok ! Maman !

Maman, mes pointes et moi  ?  - Poursuivre. Continuer. Persister.

 

Notes :

[1] Ajouté 10 minutes après mon billet initial. Ce dialogue —parfaitement authentique— m'avait échappé dans le flux de conservation que j'aimerai parfois consigner...

 

mercredi 22 septembre 2010

Valeurs chrétiennes...

Nouvelle rentrée. Nouveau directeur. L'ancien avait le cheveu blanc et l'allure austère, la mine sévère. Il parlait peu, avec mesure. Le nouveau a le poil brun, l'accent chantant et le sourire... mauvais. Il n'y a qu'une dizaine de parents réunis dans une classe en face de lui, dix parents qui sont là attentifs, des parents de tous milieux qui ont choisis de mettre leur progéniture dans cette école privée de quartier. Certainement pas à cause de son renom. Mais parce qu'ils pensent que c'est mieux pour leur enfant que le collège du coin, celui du 18ème ou du 9-3.

Et pendant dix minutes, assis sur des mauvais siège en bois, on ne leur parle pas d'éducation, de projet ou d'avenir. On ne leur parle même pas de leur enfant. On ne leur parle que de leur faute...

Mauvais parents puisque leur enfant ont un téléphone portable. Mauvais parents qui ont la bêtise de penser qu'internet est un progrès. Mauvais parent qui vont même parfois jusqu'à faire confiance à leur enfant !

La jeunesse est un mal profond et tous les parents coupables de l'avoir commise.

Au roquet au sourire satisfait et au jabot gonflé de sa propre autorité, succède sa sous-directrice dont le seul message intelligible est qu'elle n'aime pas son métier. On sent la fatigue, les discours rabâchés et une total absence d'intérêt, ses certitudes ont force de loi. Et la première d'entre elles c'est la défiance profonde qu'il faut nourrir pour ses enfants...

Habituels discours de rentrée me direz-vous. Ceux où l'on affirme son autorité, où l'on fait son défilé en grande tenue d'apparat et exhibe sa force de frappe en imposant sa cadence...

Je le sais. Mais je n'avais jamais encore été coupable d'avoir mis des enfants au monde. Je n'avais pas encore compris qu'ils étaient si malfaisants qu'ils n'étaient plus bon à éduquer mais à redresser...

Terrifiant... et consternant...

jeudi 5 août 2010

Ressassage & décollation...

Figaro sondage foot

source : le figaro.fr du jour
(oui, oui, du jour ! soit quasiment un mois après qu'elle a pris fin cette coupe du monde dont j'ai beaucoup de mal à penser qu'elle méritait l'encre qu'elle a fait couler...)

Qu'on les pende haut et court et qu'on en finisse !

Quant à emprunter la névrose obsessionnelle  de la Corée du Nord, autant adopter également leurs méthodes... au moins j'aurais peut-être une chance de ne plus entendre parler de ces footeux dont je me soucie autant que de ma première quenotte...

mardi 22 juin 2010

A poil les pieds, à poil les pieds, à poil !

Je suis définitivement une femme infidèle ! (ce billet m'ayant valu un lot de visite proprement ahurissant et généré un flot de déçus de même ampleur, je me garde bien désormais de le mettre en titre).
J'ai ôté mes godasses et sur la pointe des pieds, je suis allée vagabonder sur d'autres contrées.
Bref, désormais, je sévis à cet endroit : Courir nus pieds.
Je ne vais pas abandonner les lieux pour autant ! Simplement, je sais qu'il est temps pour moi de changer la couleur de murs et de retrouver le goût des billets courts et délurés. Bref, il est temps maintenant de mettre les mains dans le cambouis ici.
A moi dotclear 2 et ma troisième colonne !!

mardi 8 juin 2010

Voir venir...

détail de longues vues au musée d'Utah beach

Détail d'une longue vue — Musée d'Utah Beach



Voir venir... J'ai maintenant hâte de changer les lieux, de me réapproprier l'endroit. J'y ferai du court ! Je vous harasserai de tranches de 145 caractères par repentir de ne pas savoir écrire en 140 de ceux-là même !
Las ! Mes trois colonnes ne sont pas prêtes
La faute à ce temps trop couard qui n'en finit plus de s'ensauver devant moi !
La faute aussi à mes doigts gourds sous lesquels se crispent thèmes et fioritures... Une page blanche en attendant ? Un titre et une page blanche... pourquoi pas ?
Sur cette page je vous dirai alors pourquoi je cours nus pied.
Et aussi combien c'est bon de sauter dans les flaques...
Oui, j'ai plus envie de tripoter les mots que les div ou span... une page blanche en attendant de voir venir...

samedi 8 mai 2010

Les gants du bouilleur de cru

Cuves et alambic

Cuves et alambic



La sortie

Couloir — Métro Bastille

Sortie — limite de validité des billets



jeudi 6 mai 2010

L'échine et le temps qui passe

Un jour, je vais mourir.
Ecrasée. Par le poids de ma vie.
Pour l'heure, j'aimerais juste une minute ou deux.
J'écrirais.
Et si j'étais raisonnable, je dormirais un peu.
Là, je vais reprendre son cours.
A tombeau ouvert.

lundi 19 avril 2010

La pêche aux ronds...

tentative d'hameçonnage à l'orthographe indigent<

-ne ou robot ?

jeudi 8 avril 2010

Soutache, vipère et... cycliste

Notes pour plus tard :

  • prévoir une colonne supplémentaire pour mettre des petits riens, humeur ou badinage, crachouillis ou mignardise.
  • Soutache... il me plaît ce mot pour la désigner cette supplémentaire colonne ! " Galon étroit et plat, à deux côtes, qui orne un vêtement en cachant les coutures ou en figurant par ses entrelacements des dessins variés. Soutache de coton, de laine, de soie; broderie de soutache. "

  • J'y dirais ce qui m'amuse ce jour : "Lors de l'inauguration de DECATHLON (photos), les personnalités présentes se satisfaisaient de l'implantation d'une telle enseigne, considérée comme locomotive commerciale. « Il vaut mieux être une ville avec qu'une ville sans - DECATHLON ! +.Lorsque l'on sait que la ville en question — Soissons— abrite depuis je crois une dizaine d'année un magasin Go Sport... je pouffe mais je pouffe !!

  • J'y dirais aussi qu'un homme en vélo m'a enrhumé ostensiblement. Je redémarrais d'un feu écarlate devenu pers. Il avait son élan et la superbe de ceux qui règnent sur le pavé. Le mollet rond, la trajectoire sûre, le frein calibré... je savais, à ces petits riens coutumiers que l'on partage, qu'il était un as de la rue... Mais bientôt la rue est devenue pentue, et... si, à regret, mes gambettes ne courront pas le marathon de paris dimanche, elles ont conservées de sa préparation, une certaine vigueur... Il était devant moi et je savais qu'en un coup de pédale j'allais l'envoyer derrière. Mais 30 ans devait nous séparer. Et je pensais que j'aimerai bien avoir la pédale aussi verte que lui dans 30 années... Il n'en a jamais rien su, mais j'ai pensé lui être agréable en gardant la lanterne quand il tenait le phare...

Note pour maintenant : il n'y a aucune justification à parsemer mes phrases de puces... mais que les listes sont belles... elles invitent à les poursuivre et les poursuivre encore...

- page 1 de 17